Puidoux – 90 ans de Liliane Chevalley

Et comme on ne se refait pas, jardiner reste une passion…

Jean-Pierre Lambelet | On est à la ferme des Grands Champs, à Granges-Veveyse, le 5 mai 1930, un lundi, quelle que fut la météo de ce jour-là, un nouveau soleil brillait au sein de la famille Maeder. C’était la petite Liliane qui venait illuminer de bonheur ses parents et garnir une fratrie qui allait comporter 7 enfants. Liliane a grandi en Veveyse en suivant ses écoles à Granges et à Attalens pour l’école ménagère. En 1946, quand on a 16 ans, on peut aller à son premier bal lors de la mi-été du Mont-Chesaux. Ce bal est historique pour elle, car elle y a croisé le regard de Raymond Chevalley, mais il est aussi historique pour les 4 musiciens qui faisaient danser la jeunesse locale, car c’était les membres fondateurs de la future fanfare l’Echo des Rochers qui a vu le jour en 1947 à Puidoux. Et puis, l’amour fait voyager, ô pas si loin, mais quand même dans un autre canton, à Puidoux, chez les Vaudois ! C’est ainsi que Raymond Chevalley passe la bague au doigt de Liliane Maeder en 1951 à la chapelle de Puidoux. Béatrice, Nadine et Jean-Marc viendront bientôt égayer la ferme du Nanciau et plus tard seconder leurs parents qui étaient à la tête d’une importante exploitation agricole et maraîchère. En effet, car en plus des cultures et du bétail laitier, Liliane et Raymond « ont fait les marchés de Vevey », et cela pendant 42 ans, avec les produits du potager cultivés avec l’amour de la qualité et de la fraîcheur. Ce n’était pas une sinécure, car il fallait atteler de bonne heure le char et le cheval pour descendre à Vevey et installer le stand. Plus tard, l’achat d’une automobile a facilité les déplacements. Tous deux ont adoré cet « entracte veveysan » dans la vie traditionnelle paysanne, car ils y retrouvaient leurs amis maraîchers et leur fidèle clientèle. En 1994, ils ont pris leur retraite et pu voir, dès 1999, leur campagne se modifier complètement avec la construction du golf de Lavaux qui a fêté ses 20 ans en 2019. Aujourd’hui, la ferme abrite les machines et les outils nécessaires à l’entretien du golf. En 2005, son cher Raymond a rejoint les jardins éternels et elle habite toujours au Nanciau, avec sa fille Nadine, dans la jolie maison qui l’a accueillie en 1951. Et comme on ne se refait pas, même à 90 ans, jardiner reste une passion, surtout si elle est entourée de sa famille, de ses petits-enfants et arrière-petits-enfants. Le 5 mai, il y avait un beau soleil qui était là, prêt à inonder de douceur et de chaleur tous les acteurs habituels qui accompagnent une nonagénaire, mais pas en 2020, car un intrus du nom de coronavirus s’est insinué dans la population obligeant à limiter au maximum les contacts personnels pour éviter une propagation de cette maladie baptisée la Covid-19 qui peut être mortelle, surtout chez les personnes âgées. C’est donc René Gilliéron, syndic de Puidoux, qui est venu seul pour lui donner des fleurs et des cadeaux avec le message des autorités communales. Tout de bon Madame Chevalley et que votre mémoire extraordinaire des noms et des dates puisse encore longtemps transmettre vos souvenirs aux générations qui vous suivent !