Palézieux – Le Marché du Terroir au Battoir revient le 2 avril

Des légumes tout en fraîcheur et les saveurs des fromages de chèvre

Gil. Colliard | Avec le printemps et l’heure d’été revient la reprise du Marché du Terroir. Ce rendez-vous mensuel offrant la possibilité de s’approvisionner auprès de producteurs régionaux tout en prenant le temps de partager un moment convivial à la buvette ou en dégustant le plat du jour.

Laurence Traber et Raphaël Van Singer dans la serre
Laurence Traber au milieu de ses chèvres

Les producteurs régionaux au rendez-vous

Ce samedi, 2 avril, de 9h à 13 h, les visiteurs pourront remplir leurs paniers de viande de porc, de bœuf, de légumes et salades, de confitures, de produits de boulangerie, de pâtisseries sucrées ou salées, de chocolat, de tiramisu maison, de bières artisanales de Bossonnens ou encore de vin du Domaine du Dézaley de Cully. Lampes artisanales, art textile, patchwork, broderie et accessoires culinaires pour des idées cadeaux, déco ou pratique, agrémenteront l’offre. La buvette sera ouverte et dès 11h30, Vincent Sonnay, président, proposera ses hamburgers maison comme menu du jour. « Avec mon épouse Nicole, Céline et Michael Dovat, qui composent le comité d’organisation à mes côtés, nous sommes au taquet pour recommencer cette saison. La fin des restrictions nous a donné un nouvel élan. Nous avons clairement ressenti le retour d’une belle motivation lors de notre dernière assemblée générale » se réjouit le jeune agriculteur des Tavernes, heureux de retrouver sa clientèle et espérant le beau temps.

Des légumes tout en fraîcheur et les saveurs des fromages de chèvre

Parmi les fidèles exposants du Marché du Terroir, découvrons Raphaël Van Singer et sa compagne Laurence Traber, les producteurs de chèvre et choux, le banc des produits maraîchers et des délices de chèvre. Difficile de faire plus régional, car le couple produit à quelques centaines de mètres du Marché du Terroir, au chemin de Charbonneyres, à Palézieux, où il s’est installé, avec ses deux filles, en été 2019. Sur une belle surface plane, des tunnels déplaçables révèlent de longues lignées de salades qui seront à point pour le marché, de plants de fenouils, de brocolis et autres légumes bénéficiant d’un système d’irrigation pour assurer leur bon développement. Venant de Genève, le couple est passé par Ecoteaux avant de s’installer à Palézieux. « J’ai appris le maraîchage sur le tas, ayant travaillé comme ouvrier agricole, je me suis passionné pour cette activité et projette de faire un CFC en validation d’acquis. Nous avons débuté l’élevage des chèvres en 2013 et la production de légumes en 2015. Ici sont cultivés les produits demandant le plus de soins et une cueillette régulière : salades, courgettes, pois, oignons bottes, etc. Nous avons également un plantage à La Maladaire, à Oron, où croissent ceux ne nécessitant pas un contrôle constant : choux, poireaux, etc. Quelque 15’000 salades/an sont vendues et chaque semaine 300 personnes de la région mangent nos légumes » décrit Raphaël Van Singer. La production est bio, bénéficiant aussi du label suisse Terre Durable. « Nous travaillons sans traitement, à la main, sans machine, en essayant de respecter au maximum la vie du sol et de ses auxiliaires » ajoute sa compagne.

Jouxtant les plantages, se trouve la chèvrerie où s’ébattent une vingtaine de chèvres chamoisées et de la race Paon avec leurs petits. Un voisinage attirant pour les curieuses qui ont trouvé une ou deux fois moyen de sortir de leur parc. « Depuis toujours j’aime les animaux. L’élevage de chèvres s’est imposé avec évidence. La traite débute dès avril, afin de laisser le lait aux cabris dans leurs premières semaines. Avec les 40 à 50 litres journalier, je produis des tommes fraîches de différents arômes, des fromages à pâte mi dure et de la fetarde, une sorte de feta idéale pour la salade grecque » explique Laurence Traber, titulaire d’un CFC agricole après une première formation dans le social. Une intéressante synergie réunit ces deux activités, car si les animaux profitent des déchets maraîchers, leur fumier fait office d’engrais naturel pour les terrains.

Les légumes proposés sur l’étal sont de première fraîcheur, une discipline à laquelle tient le producteur. Hormis le Marché du Terroir, cette production proposée en vente directe à la ferme, sous forme d’abonnement « panier », dans les laiteries de Palézieux et Ecoteaux pour les fromages, sera aussi sur les bancs du futur marché hebdomadaire d’Oron.

La chèvre et le chou, marché à la ferme, 

mercredi 9h-11h30 et vendredi 17h-18h30

079 733 51 76 ou 076 616 31 26