Saint-Saphorin – Une tarification qui interroge

Conseil communal du 28 mars

Thomas Cramatte | Hormis deux modifications de mode de financement qui passent sans encombre, les élus refusent l’instauration d’une tarification pour le stationnement.

28 élus sont présents pour ce premier rendez-vous politique de l’année. Le président, Thierry Bron, débute cette séance par l’élection d’un nouveau secrétaire suppléant. Après l’intronisation de Jean-Marc Alder à cette place, la séance se poursuit avec le premier préavis.

Financements modifiés 

Pour mettre aux normes les ouvrages destinés aux eaux potables, les conseillers ont accepté en 2015 une série de travaux pour un coût de 2.5 millions (2’550’000 francs). L’emprunt communal se montait alors à un million de francs. Au 31 décembre de l’année dernière, le solde de l’emprunt se monte finalement à 1.7 million, soit une augmentation de 716’412 francs sur le préavis. Financée par la trésorerie courante, cette dernière ne permet plus d’assurer une telle dépense. Pour financer le solde des travaux, la Municipalité demande au législatif l’autorisation d’un nouveau prêt de 800’000 francs qui devra être amorti sur trente ans. Un emprunt accepté à l’unanimité.

Toujours au registre des modifications de financement, le deuxième objet traite de la reconstruction de la passerelle piétonne des Bains Reymond. Ce pont qui enjambe les voies de chemin de fer avait été soumis au Conseil en 2013. Malgré les années qui séparent le vote du préavis, les travaux n’ont pas encore démarré. « Les CFF, maître d’œuvre, ont été contraints de reporter le projet », renseigne le document du préavis. Si la mise à l’enquête s’est achevée le 28 janvier dernier, la trésorerie courante ne permet plus d’assurer les 185’000 francs pour l’ensemble des travaux, c’est la raison pour laquelle la Municipalité demande l’accord des conseillers présents pour emprunter ce montant, une somme qui devra être amortie sur trente ans. Tout comme le premier préavis de la soirée, cet objet est accepté.

Stationnement payant

Le dernier préavis à l’ordre du jour traite du stationnement des véhicules. Connue pour son attrait touristique, la disponibilité des places de parc pour les habitants ne peut être garantie, plus spécialement durant les beaux jours : « Le problème c’est que des promeneurs parquent leurs véhicules parfois pendant de longues périodes sur les places de la commune », s’offusque le conseiller David Ferrari. Pour espérer remédier à ce problème, l’exécutif soumet une nouvelle version du règlement de stationnement. Ce dernier laisse la liberté à la Municipalité pour l’instauration d’une éventuelle tarification pour les résidents. Actuellement, les habitants possédant un véhicule bénéficient d’un macaron fournit gratuitement par la commune. « A titre d’information, le temps de stationnement en zone blanche sera prochainement réduit à trois heures au lieu des dix actuelles. Cela, dans le but de mieux surveiller les horaires et obtenir un tournus des véhicules », explique le municipal en charge des finances et de la sécurité publique, Mauro Contardo. Le membre de l’exécutif se veut rassurant, car en cas d’acceptation du préavis, les conseillers auront le dernier mot sur l’instauration d’un pass payant, puisqu’ils devront l’accepter lors du budget en fin d’année. Un objet qui questionne les élus, car après plusieurs prises de paroles et modifications du préavis, les conseillers acceptent les trois amendements déposés, mais refusent le préavis.

Communications de la Municipalité

Suite au conflit qui sévit en Ukraine, le municipal Mauro Contardo explique que l’abri communal possède un taux de couverture de 105%, soit 350 places : « Vous trouverez des informations utiles comme les denrées alimentaires ou les biens de consommation courants sur le site vd.ch ».