Du lait maternel dans le congélateur communal ?

Le site web communal l’annonce sur sa page d’accueil : « Les congélateurs et chambres froides de la commune ont été rafraîchis ». On a eu chaud, des fois qu’ils auraient été tempérés…

Didier Grobet  |  Passons sur cette courte introduction pour en venir à l’essentiel: oui, des travaux de rafraîchissement ont été réalisés récemment sur les congélateurs et les chambres froides de la commune situés au centre de Grandvaux (dans la maison abritant l’ancienne administration communale) et oui, il reste des casiers libres à louer.

Une petite visite réfrigérante des lieux et un téléphone à l’administration communale le confirment : il y a plusieurs casiers de cent ou cent cinquante litres de libres (à 20.- ou 25.- par an) au niveau de la chambre froide (moins de cinq degrés) et quatre congélateurs (de 16.- à 90.- par an) sans locataire. Le solde, sur un total d’une centaine de casiers en chambre froide ou en congélation est utilisé principalement par des privés de la commune ou de la région.

Les locaux, à l’accès aisé, sont fort propres et pour ce qui est d’être frais, ils sont frais, foi de rédacteur. 

Georges Hauert, le municipal en charge, se réjouit que les habitants de la commune disposent encore de ce patrimoine. Ces congélateurs collectifs deviennent en effet rares à l’échelle du canton et du pays, seule une cinquantaine d’entre eux étant encore recensés dans toute la Suisse romande selon une recherche récente de la RTS, alors qu’il en existait des centaines dans les années 50.

Et pourtant au niveau énergétique, thème d’actualité, il est bien sûr plus intelligent de regrouper le froid en un endroit bien isolé plutôt que d’avoir des dizaines de congélateurs privés. Et un passage à la chambre froide peut être l’occasion de croiser un copain ou une copine et de finir sur la place du village à deux pas pour un de ces moments de convivialité qui nous sont chers. 

Il n’y a malheureusement aucune histoire croustillante à raconter (ou racontables ?) selon le municipal pour ce qui est du contenu de ces congélateurs à Grandvaux. Au contraire d’une demande de congeler un sanglier entier ou d’y déposer son lait maternel comme ceci a été le cas dans d’autres congélateurs collectifs selon la RTS.

N’y voyez pas d’invitation à écrire l’histoire en vous enfermant dans ces casiers sous prétexte d’attendre l’hiver bien au frais alors que l’été pointe enfin le bout de son nez.