Dernier coup de pouce nécessaire à l’accueil des petits orphelins de Boma

Gil. Colliard | Dans son édition du 24 septembre dernier, Le Courrier a ouvert ses pages à Ceremhen, une petite ONG (Organisation non gouvernementale) basée à Oron, dont le combat vise à donner un présent et un avenir, sur place, aux orphelins et enfants rejetés par leur familles en situation de précarité de la ville de Boma au Congo (RDC). A la recherche de fonds pour refaire la toiture et apporter des améliorations au bâtiment destiné à la nurserie, elle a fait appel à la générosité des lecteurs. Quel a été le montant récolté et quel est l’avancement des travaux ? Que reste-t-il à financer pour accueillir de manière adéquate de 15 à 20 nourrissons ? Pourquoi tant d’enfants à la rue ?

Nurserie : murs érigés, ancien toit démonté et charpente posée

Fr. 30’000.- pour finaliser une structure aux normes sécuritaires accueillant des nourrissons 

« Malgré les nombreuses sollicitations d’aides en fin d’année et la morosité liée à la pandémie, l’appel a été entendu et quelque Fr. 17’000.- ont été récoltés dans les 2 mois qui ont suivi la parution » se réjouit et remercie Antoine Bader, coordinateur de projets. Les travaux de fondation et de création du prolongement du bâtiment accueillant la cuisine ainsi que sa tourelle ont été réalisés. L’ancienne toiture perméable aux intempéries et aux chauves-souris, responsables de maladies, a été démontée. Une nouvelle charpente a été montée. « A ce jour, il reste à trouver Fr. 30’000.- pour  financer la pose de la couverture en matériaux étanches et durables et pour l’achat, le transport et les frais de dédouanement d’un container qui acheminera l’équipement récolté, nécessaire au fonctionnement : matelas, matériel informatique, pédagogique, sanitaire, potager à bois, livres, vélos, jouets durables, etc., qui deviendra, sur place, un local de rangement fermé à clé résistant aux vols ». 

Des travaux qui ont permis d’accueillir Parfait

« Grâce à l’avancée des transformations, nous avons pu dire oui à la venue de Parfait, petit être frêle dont la mère est décédée en le mettant au monde, et dont la grand-mère qui l’avait pris sous son aile est morte alors qu’il n’avait que 9 mois. Il a rejoint Dieu Merci et Anaïa, les bébés ainsi que Sylviane une petite trouvée dans la rue, qui déjà lui a donné son affection » relate avec joie Lili Umba Niati, Présidente qui suit leur développement. Dès la fin des travaux, Ceremhen sera en mesure d’accepter entre 15 et 20 nourrissons orphelins, alors qu’aujourd’hui, elle est obligée de refuser les demandes régulières de placement de la ville de Boma. Le projet vise la couche la plus sensible, les petits, abandonnés ou rejetés par des familles en situation d’extrême précarité ainsi que par des jeunes filles abusées, incapables d’assumer un rôle de mère, dont beaucoup, privés d’un cadre de soutien, sont voués à la mort. Les enfants recueillis par Ceremhen seront placés dans des familles d’accueil et seront suivi tout au long de leur écolage et de leur formation professionnelle, jusqu’à ce qu’ils aient une situation leur permettant de vivre et d’assumer leurs propres enfants, afin de stopper cet engrenage vécu avec fatalité. 

Enfants sacrifiés sur l’autel de la pauvreté

« On m’a demandé pourquoi ces gens font-ils des enfants puisqu’il n’ont pas les moyens de s’en occuper ? On ne peut pas réfléchir avec nos yeux d’Européen. En Afrique, il n’y a pas d’assurances vieillesse, ce sont les enfants qui assurent les vieux jours de leurs parents. La visite chez le docteur doit être payée avant qu’il intervienne. Aussi par manque de moyen de nombreuses femmes décèdent en couche. Elles n’ont pas accès à des moyen efficaces de contraception » explique Antoine Bader. Bien que le Congo (RDC) soit  riche en ressources minières, il est aussi l’un des plus pauvres au monde, ayant été déchiré par des conflits pendant la majeure partie de ces 20 dernières années. Le taux de chômage est élevé et 75% de la population souffre d’insécurité alimentaire. Depuis août 2018, le pays fait face à une épidémie d’Ebola dont la majorité des victimes sont les femmes et les enfants. Avec cet appel, Ceremhen espère briser l’indifférence en trouvant le soutien financier afin de finaliser son projet d’accueil aux petits nourrissons orphelins de Boma et leur donner un avenir. Aucun don n’est négligeable, 20.- francs suisses représentent 2’000.- francs congolais (salaire moyen ouvrier 4 à 5’000.- francs congolais). Les entreprises désireuses de faire un don plus conséquent (avec le budget du repas de fin d’année annulé, par exemple) peuvent faire apparaître en contrepartie leur logo sur le site de l’ONG. Une brochure a été éditée à leur intention. Le site donne également accès à la boutique en ligne avec ses délicieux produits naturels et sur la possibilité de parrainage.

Ceremhen.org
info@ceremhen.org
078 948 57 57
Compte: 14-697927-8
IBAN CH82 0900 0000 1469 7927 8

Planification budgétaire

Travaux nurserie et container Fr. 60’000.–

Fonds propre Ceremhen affecté à la construction Fr. 13’000.–

Dons privés reçus généreusement des habitants de Lavaux-Oron, réseau Le Courrier Fr. 17’000.–

Montant à trouver pour finaliser le projet Fr. 30’000.–