Bourg-en-Lavaux – Nicole Gross-Fonjallaz, 30 ans au service de la communauté

Elle va fermer le chapitre consacré à la vie communale et continuer à écrire le sien…

Jean-Pierre Lambelet | Née en 1957, enfant d’Epesses, Nicole Fonjallaz a grandi dans ce beau village au milieu des vignes avec des parents vignerons naturellement. Ecole primaire à Epesses, puis Prim’Sup à Cully et un apprentissage d’employée de commerce et la voilà partie dans la vie active chez Welcome Swiss Tour où elle pratique du tourisme réceptif consistant à recevoir des touristes du monde entier et les guider dans nos régions. Parce que dans nos régions, il y a de forts belles choses à voir et à vivre, dont l’une s’appelle la Fête des vignerons de 1977 !  Elle y découvre l’amour dans les bras de Régis Gross, son futur mari, qui l’emmènera bien loin d’Epesses jusqu’à La Côte et aussi en Valais avant un retour au bercail près de sa famille en compagnie de leurs enfants Léonard et Florence. Le chant au chœur mixte et le ski au Ski Club d’Epesses ainsi que la marche sont les loisirs préférés de Nicole. Elle aime ces contacts humains au sein de la communauté. Elle est à l’aise et met volontiers ses capacités à disposition du groupe. C’est dans cet esprit qu’elle postule comme secrétaire communale, poste qu’elle occupera dès mars 1990. Et puis, en 1998, lors d’une sortie lacustre, des amis d’Epesses lui proposent de se porter candidate comme municipale. Même si elle n’y croyait pas trop, elle est élue brillamment. Et dans la foulée, elle devient la première syndique (elle préfère syndic) du district de Lavaux avec une voix de plus que son concurrent ! Elle adore ce job qui la menée à être partie prenante au sein de la Constituante vaudoise, entre 1999 et 2001, en œuvrant dans la commission « organisation territoriale ». Elle fut vice-présidente du comité directeur de l’Union des communes vaudoises. Sans parler des différentes délégations au sein d’un syndicat des améliorations foncières, des paysannes vaudoises, du Caveau des vignerons d’Epesses, de l’association touristique de Lavaux, de la commission « économie » de la candidature de Lavaux à l’Unesco aboutie le 28 juin 2007 avec l’inscription du site au Patrimoine mondial de l’humanité, du conseil d’administration de l’hôpital de Lavaux, etc. A remarquer que le 30 juin 2010, le quotidien 24H relevait une particularité certainement unique dans le canton de Vaud avec Nicole comme syndic d’Epesses et sa fille Florence comme présidente du Conseil communal, ça s’appelle avoir la politique dans le sang ! Durant toute cette période une idée à commencer à flotter dans l’air d’Epesses à Grandvaux, de Riex à Villette en passant par Cully : fusion ! Mais oui, l’idée de grouper ces 5 communes en une seule était lancée, et il a fallu deux votations, la première refusée en 2005 et la deuxième acceptée le 17 mai 2009 avec effet au 1er juillet 2011. Elle s’est alors portée candidate comme municipale, fut élue et elle prit le dicastère de la voirie, des domaines viticoles et des espaces verts, des caves, des améliorations foncières, de Lavaux Unesco, des cimetières, des plages et des ports. Dans ce dicastère, elle vit chaque année un grand moment qui reste rare dans nos contrées, la mise des vins de la commune de Bourg-en-Lavaux. Il y a un rituel immuable avec le tir au canon le troisième vendredi du mois de février à 14h pour lancer la mise et donner la parole au commissaire-priseur qui va faire monter les enchères devant un parterre de fins connaisseurs des vins des coteaux de Villette, d’Epesses et du Calamin. A la fin de la journée, Nicole peut compter ses sous, sous le regard envieux de ses collègues municipaux qui n’ont rien à vendre ! Avec la fusion, il a fallu afficher sa couleur politique, et c’est naturellement que Nicole s’est tournée vers le parti radical, aujourd’hui PLR, qui correspondait le mieux à sa manière de voir et de vivre parmi les choses et les gens. Réélue en 2016 pour une législature de 5 ans qui va s’achever le 30 juin 2021, elle souhaite s’arrêter là après une trentaine d’années de dévouement pour la vie son village d’Epesses et par la suite de la commune de Bourg-en-Lavaux. Elle avoue avoir vécu des années extraordinaires au service de ses concitoyens, en privilégiant le consensus à la vaudoise, au lieu de la confrontation, pour déboucher sur des décisions acceptables par les parties. Elle regrette que de nos jours on préfère envoyer un email ou un SMS pour manifester son mécontentement, plutôt qu’un rendez-vous en face à face pour discuter du problème sereinement et constructivement. Au début, elle était bien seule parmi ces messieurs les syndics et municipaux de Lavaux, mais elle a toujours été bien accueillie et respectée et se sentait vraiment à l’aise et heureuse d’être traitée d’égal à égal. En 2021, elle va fermer le chapitre consacré à la vie communale et continuer à écrire le sien avec sa famille tout en continuant une activité professionnelle à 50%. Bravo et merci Nicole Gross-Fonjallaz,
tout de bon pour votre avenir !