Médiation – Régler rapidement les conflits de successions

Laurent Damond, Médiateur et Avocat à Lausanne

Laurent Damond, av. | Pourquoi les successions sont source de conflit et comment la médiation aide la résolution de ce genre de différents. Cette méthode alternative permet de régler rapidement des conflits par rapport à une procédure judiciaire. De plus, les émotions et les sentiments peuvent être exprimés et examinés, ce qui n’est pas le cas devant un tribunal.

Se sentant arrivé au crépuscule de sa vie, Raymond, veuf depuis quelques années, réunit ses deux fils, Eric et Claude. Si les deux enfants se sont toujours bien entendus, les années et la vie les ont séparés. Depuis bien longtemps, ils ne se rencontrent qu’occasionnellement. Bien que sa fortune ne soit pas colossale, Raymond tenait à exposer à ses deux fils comment il allait répartir ses biens. Il entend remettre sa maison villageoise avec un grand jardin, à Eric. Pour le père, son fils aîné Eric pourra pleinement profiter de cette grande maison. En effet, il est marié et père de trois enfants. Actuellement, il habite un petit appartement et le manque d’espace se fait cruellement sentir. Claude, quant à lui, recevra une somme d’argent afin de compenser le fait que son frère reçoive la maison, dans laquelle les deux frères ont grandi, joué et se sont épanouis. En écoutant le discours de son père, Claude, lequel est célibataire et sans enfant, a de la peine à dissimuler son émotion. Il ne comprend pas pour quelles raisons Eric recevrait cette maison, laquelle a tant d’importance pour lui. Toutefois, vu l’instant, Claude ne dit rien et acquiesce aux propos tenus par son père sur la succession. La maladie ayant emporté Raymond, une fois les obsèques passées, les deux fils se retrouvent chez le notaire pour l’ouverture du testament. Celui-ci confirme les propos qui ont été tenus par le père décédé. Claude fait part de son mécontentement à son frère. Il lui indique qu’il est très attaché à la maison et qu’il ne voit pas pour quelle raison celle-ci lui reviendrait. Il dit alors en se levant de la table de conférence du notaire qu’il reverrait son frère au tribunal. Eric, ayant pris acte, avec inquiétude, des menaces de procès de son frère décide de faire appel à un médiateur. En effet, il préférerait pouvoir discuter avec son frère sereinement de leurs différents sans s’écharper lors d’une procédure judiciaire interminable. Après quelques réticences, Claude accepte finalement cette médiation. En effet, il a compris que dans le cadre d’une procédure judiciaire ses émotions et ses sentiments ne seraient ni examinés, ni retenus par le juge. Il a encore saisi que tant que sa colère ne serait pas entendue, elle resterait réactive. Lors de la première séance chez le médiateur, il peut donc exprimer ce qu’il a sur le cœur. Le médiateur a les compétences pour permettre le désamorçage de la source d’insatisfaction, afin que les héritiers soient capables de s’entendre et de se comprendre. Sous l’égide du médiateur, les deux frères peuvent échanger, discuter et exprimer ce qu’ils ont vécu avec leurs parents et comment ils ont perçu le testament de leur papa. Claude peut ainsi dire qu’il a beaucoup travaillé à la rénovation et à l’entretien de la maison avec leur père, alors qu’il avait le sentiment que son frère Eric n’a jamais rien fait pour cette bâtisse. Eric, quant à lui, réalise tout le travail qui a été réalisé par son frère pour que la maison soit dans un état irréprochable. Le fait d’être reconnu par son frère dans ce travail de rénovation apaise Claude. Celui-ci se rend compte que sa crainte est de ne plus jamais pouvoir pénétrer à l’intérieur de la maison, de ne plus pouvoir ressentir l’atmosphère de son habitation d’enfance. Au cours des trois séances de médiation, il comprend que cette maison est bien trop grande pour lui et il a pu exposer à son frère ce sentiment d’injustice qui l’habitait. Son frère a compris cette blessure et a remercié son frère pour ce qu’il avait fait pour préserver ce logement dans un magnifique état. Les deux frères sont satisfaits d’avoir pu en discuter calmement, plutôt que de dépenser plus d’argent dans une procédure judiciaire interminable qui les aurait épuisés. Avec l’aide du médiateur, les deux frères ont pu choisir ce qu’ils souhaitaient. Les rancœurs s’étant effacées, Claude pourra désormais venir voir son frère dans la maison de son enfance. En l’occurrence, Claude vivait une injustice, laquelle est un sentiment. Dans le cadre d’une procédure devant une autorité judiciaire, seuls les faits sont retenus et jamais les émotions.

Les successions sont toujours très émotionnelles et les relations familiales importantes. Se mettre autour d’une table avec un médiateur permet d’améliorer les relations personnelles. Ne vaut-il pas la peine d’essayer de régler les différends qui peuvent se présenter d’une autre façon ?

Médiation: www.laurentdamond.ch