Sur le départ

Fin de fonction pour deux recordmen de la présence politique vaudoise. Pascal Broulis et Philippe Leuba, respectivement 20 et 15 ans au service de la communauté, quittent le Conseil d’Etat vaudois. Une belle prestation que la rédaction a souhaité saluer par l’invitation à une « after » dans ses locaux. Accompagnés d’une petite agape de mets préparés localement, ils se sont prêtés au jeu des questions-réponses soigneusement préparées par notre modérateur maison Thomas Cramatte. L’occasion était trop belle pour ne pas revenir sur leurs parcours respectifs et sur quelques problématiques cantonales résolues ou non.

Dans le flot d’informations émanant du grand argentier, nous pouvons retenir la question de la péréquation qui reste ouverte. Une problématique qui divise encore et toujours les 300 communes du canton et à laquelle la nouvelle venue, Valérie Dittli, n’échappera pas. Un nœud gordien qui nécessitera du tact, de la diplomatie mais aussi de la fermeté. Le dénouement est attendu et espéré, particulièrement par certaines communes de Lavaux-Oron qui ne voient pas d’un regard bleu-ciel la politique cantonale. A suivre donc.

Ce qui fait consensus chez l’économiste, comme chez le financier, est la sacro-sainte collégialité confédérale. Référendums, initiatives et votations sont secrètement jalousés par nos voisins chez qui il n’est pas pensable que « le peuple puisse attaquer le gouvernement devant les tribunaux… et gagner ! ». Ce système de gouvernance suisse, Philippe Leuba, dans cette citation, autant que Pascal Broulis le chérissent. Ce dernier s’est même risqué à une tentative de vulgarisation, certes en prenant le risque du simplisme, mais il faut reconnaitre que cette façon a au minimum la vertu de la clarté. A lire.

Longue et passionnante séance au terme de laquelle la question de la suite fut bien évidemment évoquée. Pas plus que la RTS, nous ne sommes parvenus à soutirer le scoop à ces bêtes politiques, rompus à la rhétorique. « Heureux un peuple qui n’a que ces problèmes » avait cité l’ex-ministre des sports et de l’économie sur un autre sujet…

L’art de la rhétorique est une science, mais relève tout de même du grand Art… une piste à suivre concernant nos deux édiles sortants ?