Rue – Exceptionnelle exposition

Marcel Dorthe : 70 ans d’arts

L’atelier de Marcel Dorthe

Alain Bettex | Les médias sont plus souvent sollicités qu’à leur tour par des galeries, des fondations ou des musées pour présenter une exposition. Rares sont celles qui retiennent autant d’admiration que celle de Rue. Non seulement elle nous fait découvrir un des plus beaux villages médiévaux encore intacts de Suisse, mais elle nous plonge dans plus de 300 œuvres de l’univers de Marcel Dorthe, surtout des peintures et parfois des sculptures. Marcel Dorthe, qui célèbre allègrement ses 70 ans et ses 50 ans de peinture, est un ancien paysan. Il a remis son exploitation à son fils voici une quinzaine d’années. Musicien confirmé, il a suivi durant 9 ans les cours du conservatoire de Fribourg, compositeur et organiste, directeur de chœur. Sa deuxième passion ou peut-être la première est la peinture et la sculpture. Autodidacte, il possède un coup de crayon hors du commun, pour nous présenter ses 50 ans d’activités picturales. Certaines œuvres présentées à Rue ont été prêtées par des collectionneurs, elles font partie de sa propre collection et les autres sont à vendre. L’accrochage dans les divers lieux n’est que rarement le fruit du hasard, le peintre les choisit lui-même. Non seulement, avec son épouse Marianne, ils ouvrent la maison où ils demeurent à Rue, construite en 1550 (La Chapellenie) avec ses volets décorés originalement par le peintre lui-même. Il y présente des œuvres récentes de 2004 à 2020. En sortant de leur maison familiale, on poursuit le chemin de Croix créé par René Conus qui conduit au château avec arrêt à la salle des Chevaliers. Là, on est ébahi, non seulement par les œuvres de Dorthe, mais aussi par la salle, appartenant à des privés, qui ont bien voulu la mettre à sa disposition. C’est une occasion unique d’admirer, dans une grande pièce décorée d’époque, conservée dans son jus, un témoin où des gens fortunés du 16e siècle vivaient. L’artiste y présente des œuvres datant de 1970 à 1990. La visite se poursuit et on arrive à l’église Saint-Nicolas qui jouxte sur le haut La Chapellenie. Des œuvres de tendances religieuses ont été conçues de 1997 à 2019, dont un retable en trois parties. Bien que l’on ne puisse pas visiter le château appartenant à des privés, les autorités de la commune de Rue sont aussi reconnaissantes et fières de leur artiste. Elles ont mis à disposition les formidables caves de l’Hôtel de Ville, datant du 14e ou 15e siècle, admirablement restaurées. Dans deux salles on peut admirer les œuvres du peintre créées entre 1990 et 2004. De plus, au-dessus des caves, la grande salle de l’Hôtel-de-Ville est le lieu d’exposition des tableaux de 1990 à 2018.

En parfait autodidacte, ses tableaux sont toujours originaux

Marcel Dorthe est un vrai Fribourgeois. Il nous avoue qu’il n’est pas très religieux bien qu’il ait été élevé dans la religion catholique. « Il y a un Dieu pour tout le monde, quelque soit sa religion, je la respecte, peu importe la forme qu’on lui donne ». Dans cet esprit, il a réalisé ses vitraux en collaboration avec le maître-verrier Michel Eltschinger, qui ne sont pas toujours pour des églises catholiques. Il a aussi créé un mobilier liturgique et deux retables. Il a déjà réalisé plus de deux mille peintures au pastel, deux mille dessins et une cinquantaine de sculptures. En parfait autodidacte, ses tableaux sont toujours originaux, on peut y trouver suivant les périodes, des influences de Marc Chagall ou d’Alexander Calder pour ses sculptures visibles dans son jardin, en plus des harmonies de couleurs dignes de Pablo Picasso. Il dessine les contours de ses projets, mais nous dit-il: « après les coups de crayons (ce qui ne me prend pas plus de dix minutes) j’ai les bases de mes tableaux et je ne les change pas. Ma technique consiste en un support de coton collé sur du bois de bouleau. Ensuite, j’utilise des pigments en poudre avec les doigts et je complète avec de la terre ou/et des cailloux, enfin j’affine au burin. Au début, mes œuvres importantes étaient protégées par un verre, mais maintenant j’ai trouvé une méthode de fixation permanente qui me convient à merveille. » Cinq lieux d’expositions sont présentés avec visites commentées de Patricia Zazzali, historienne de l’art de la Fondation de l’Hermitage à Lausanne, qui a signé le très bel ouvrage « Symphonie d’un Nouveau jour » relatant les 50 ans de Marcel Dorthe. Ils le dédicaceront avec l’artiste, à l’occasion de l’exposition. Le vernissage aura lieu à La Chapellenie le 19 septembre dès 14h. A 16h, Patricia Zazzali, présentera l’exposition. Il sera suivi d’un concert de violon d’Elodie Steinegger dès 18h et un autre à 19h. Ce vernissage se terminera par une dissertation sur le peintre et son exposition.

Les heures de visite vont du dimanche 20 sept. au jeudi de 14h à 18h, y compris lundi du Jeûne fédéral (le 21), et les vendredis jusqu’à 20h. L’exposition se terminera le dimanche 11 octobre. Site : www.marcel-dorthe.ch

Le retable dans l’église Sant-Nicolas
Le peintre dans la salle des Chevaliers
L’arbre, qui avec ses racines de terre, est l’essence de la vie