Rivaz – Claudine Chappuis célèbre ses 90 ans

Elle l’évoque encore avec fierté : elle était « vigneronne, vendangeuse, effeuilleuse »

De gauche à droite : Jean-François Pugin, syndic de Rivaz, Geneviève Butticaz, pasteure, Nadine Duchemin, municipale et ses enfants : Raymond, Jacques-Henri, Liliane Kohler, Gilbert et au centre Claudine Chappuis

Valentine Krauer | On parle d’un hiver très doux en 1930, doux comme le regard souriant de Claudine Chevalley qui a vu le jour le 31 janvier de cette année-là à Forel. Née à la maison, elle vient agrandir la famille après sa sœur Huguette et son frère George. Claudine restera toute son enfance dans son village, sillonnant joyeusement la campagne entre le chemin de l’école et les tournées de son papa facteur. En effet, qu’il vente, qu’il neige ou sous un soleil de plomb, la petite Claudine l’aidait à distribuer le courrier sur sa tournée. Une fois l’école obligatoire traversée, Claudine effectue un apprentissage de couturière. Son certificat en poche, elle partira à Zurich en tant que stagiaire dans un atelier de couture pour y apprendre l’allemand. Autonome et entreprenante, elle travaille comme couturière indépendante lorsqu’elle rentre à la maison, à l’âge de vingt ans. C’est au mariage de sa cousine Suzanne qu’elle rencontre Robert Chappuis, qui n’est autre que le frère du marié… séduite par ce vigneron de Rivaz, elle le suivra sur les coteaux de Lavaux et l’épousera en mars 1956. Les cris et les rires d’enfants ne tarderont pas à inonder leur foyer, Claudine donnant naissance au fil des saisons, à Jacques-Henri, Raymond, Gilbert et Liliane. En 1961, le couple reprend une partie des vignes cultivées par un oncle, sur le domaine viticole du Clos des Moines dans le Dézaley, propriété de la ville de Lausanne. Les ciseaux de Claudine sont devenues sécateurs et ses tissus, des ceps verdoyants. Elle l’évoque encore avec fierté: elle était « vigneronne, vendangeuse, effeuilleuse… ». Sans permis de conduire, elle se déplace à vélo, puis en vélomoteur. Suite au décès brutal et inattendu de son mari en 1987, Claudine retourne dans la maison familiale de Rivaz. Toujours active et dynamique, elle cultive son jardin avec amour, accueille les enfants chez elle pour l’école du dimanche et reprend un peu ses aiguilles pour confectionner des peluches et des habits à ses petits-enfants. Durant de nombreuses années, elle participera aux activités des Paysannes vaudoises, notamment en suivant des cours de cuisine et de yoga ! Aujourd’hui, Claudine fête ses nonante ans entourée de ses quatre enfants (à qui elle a visiblement transmis la passion et l’enthousiasme pour la vie), ses onze petits-enfants et ses cinq arrière-petits-enfants… Sur l’aide-mémoire accroché au mur de sa cuisine, les mots « doux souvenirs » et « Bonheur » s’envolent au-dessus d’une bicyclette… que cette belle image accompagne Claudine sur la suite de son chemin, pour que son si joli sourire continue à nous enchanter encore longtemps.