Pully Football prend la tête du championnat !

Un entraîneur satisfait, mais le chemin est encore long

Eric Moser | Alors que lors du premier tour, les attaquants du Pully Football ne savaient plus à quel saint se vouer pour trouver le chemin des filets, ils sont des plus prolifiques depuis la reprise du championnat. 15 buts marqués en quatre rencontres, de quoi leur permettre de prendre la première place provisoire du championnat de deuxième ligue.

Le coup-franc millimétré de David Marazzi : c’est 3-1 pour Pully-Football face au RCL

Certes, le chemin est encore long pour que le Pully Football atteigne l’objectif qu’il s’est fixé en début de saison, soit la participation aux finales d’ascension, mais le match disputé dimanche par les hommes du président Mingard est néanmoins le parfait exemple des forces du Pully Football. Revenons donc, une fois n’est pas coutume, brièvement sur cette
rencontre.

Pully Football s’impose en patron à la Tuilière

Au stade de la Tuilière, les joueurs de Benny Bittarelli étaient bien décidés à montrer au leader du championnat qu’ils n’avaient pas fait le déplacement pour faire de la figuration. Il n’a fallu que 30 secondes et l’ouverture du score par Hugo D’Aquino aux Pulliérans pour faire comprendre aux locaux qu’ils risquaient de passer une bien mauvaise matinée. Après ce but express, les débats se sont équilibrés. Pully était parfois acculé mais le dernier rempart Nino Salerno pouvait compter sur une défense solide et surtout solidaire. Lorsque cela ne suffisait pas, le portier de Rochettaz faisait le job. Certes, cela n’a pas empêché les pensionnaires de la Tuilière d’égaliser avant la pause (40e). Voyant ses hommes un peu à la peine, Benny Bittarelli décidait de lancer dans le bain son joker de luxe, David Marazzi (ex LS, Saint-Gall et Aarau), juste avant le thé. Un choix payant ! En effet, le numéro 29 pulliéran jouait ensuite un rôle déterminant dans la victoire des rouges et blancs. D’abord sur pénalty, (à la 53e) dans un premier temps arrêté par le portier local Patrick Loureiro, mais David Marazzi qui avait bien suivi pouvait loger le cuir dans les filets lausannois. Ensuite, à la 69e minute, sur un coup franc millimétré. Un coup de patte qui n’était pas sans rappeler la précision d’un certain Georges Bregy. L’affaire était dès lors dans le sac et les pensionnaires de la Rochettaz n’avaient plus qu’à gérer la fin de la rencontre, même s’il restait passablement de temps à jouer.

Une équipe très jeune, une défense solide, une solidarité exemplaire…

Pully Football, à l’heure actuelle, c’est avant tout la meilleure défense du championnat (avec celle du FC Stade-Lausanne-Ouchy). Si le portier, Nino Salerno, n’est bien évidemment pas étranger à cela, il peut s’appuyer sur un véritable mur évoluant devant lui. D’ailleurs, dimanche, à Lausanne, le dernier rempart pulliéran n’a eu que peu d’interventions décisives à réaliser et cela face à la deuxième meilleure attaque du championnat. C’est dire le travail effectué par sa défense. Techniquement, à l’image de son meneur de jeu Joris Laurent, rien à redire. Les hommes de Benny Bittarelli sont affûtés et tiennent la dragée haute à chacun de leurs adversaires. Face au Racing Club de Lausanne, après qu’ils aient marqué rapidement, les choses se sont quelque peu compliquées pour les Pulliérans. En effet, peu à peu, les locaux ont repris le match en mains et, disons-le clairement, avaient le contrôle du ballon, privant les visiteurs de réelles occasions de but, jusqu’à ce que…

… et quelques joueurs d’expérience

Jusqu’à ce que l’entraîneur pulliéran décide de faire entrer en jeu David Marazzi. Certes, il n’a de loin pas tout fait tout seul, mais il a été déterminant. Il a su créer plus d’espaces à ses coéquipiers, a mis sa vista au service du collectif. Sans oublier, bien évidemment, son pénalty offrant le 2-1 à ses couleurs et ce magistral coup franc assurant les trois points au Pully Football.

Un entraîneur satisfait, mais le chemin est encore long

Lors du bilan qui a précédé la reprise du championnat, Benny Bittarelli déclarait, sur le ton de la plaisanterie, qu’il détestait ses attaquants. A l’issue de la rencontre, et toujours sur le même ton, il déclarait les détester un peu moins. « Nous alignons les buts avec une moyenne de 3,5 buts par match. Cela change du premier tour. C’est ce qui fait la différence. Il n’y a pas beaucoup de choses qui ont changé par rapport à la première partie de championnat. Nous avons toujours la meilleure défense, par contre, nous avons un peu plus de réussite. Nous récoltons actuellement les fruits de ce que nous avons fait au premier tour ». Actuellement, le Pully Football est un potentiel finaliste. Il a atteint ce statut plus tôt qu’il n’y pensait. Les Pulliérans sont donc, pour l’heure, idéalement placés pour tenter leur chance en vue d’une éventuelle promotion à l’échelon supérieur. Mais attention, même si du côté de Rochettaz on a déjà de quoi se réjouir aux vues des prestations des hommes du président Mingard, la route est encore longue et le faux-pas quasiment interdit, tant les deux premières places sont disputées.

Nino Salerno peut compter sur une arrière-garde compacte. Cela ne passera pas pour le Racing Club Lausanne
Techniquement les Pulliérans (ici Joris Laurent) n’ont rien à envier aux autres équipes du groupe