Puidoux – « encres d’aube » d’Anne Egli-Décombaz et Alexandre Voisard

Livre exposé au Cadratin, à Sottens, jusqu’au 30 octobre 2021

Anne Egli-Décombaz et son oeuvre

Jean-Pierre LambeletDans cette commune de Puidoux qui a hébergé d’illustres artistes comme Charles Ferdinand Ramuz au hameau du Treytorrens, il y a aussi là-bas, au bord du Léman, la famille Butticaz qui y vit depuis très longtemps. Anne Egli-Décombaz est l’une des descendantes de cette grande famille et après avoir suivi les Beaux-Arts à Lausanne, elle est partie faire sa vie professionnelle de graphiste indépendante à Zurich où elle a exposé ses œuvres personnelles à plusieurs reprises. En Suisse allemande, elle a aussi trouvé l’amour dans les bras de Peter Egli, son typographe de mari bien-aimé ! En 1993, ils viennent s’installer à Puidoux dans une maison familiale d’Anne qui a nécessité des heures et des années de rénovation. Mais dans son nid perché sur les hauts de Publoz, elle a pu approfondir sa recherche artistique dans la Quintessence, cinquième élément après l’eau, la terre, le feu et l’air dont elle s’inspire constamment en aquarelles, dessins, haïkus visuels, brou de noix, fusains et linogravures.

La presse Vandercook qui en a permis l’impression

Linogravure ?

Le linoléum apparaît en Angleterre en 1863 et il est utilisé pour recouvrir les sols. C’est seulement en 1900 qu’il est détourné vers la gravure. On utilise diverses gouges pour enlever ou évider du linoléum et la partie non touchée donnera la forme sur laquelle sera appliquée l’encre et enfin le transfert de l’image gravée sur du papier. En 2017, Anne a sorti sur les presses du Cadratin à Sottens un portfolio de quinze linogravures accompagnées par des extraits de poèmes choisis par Isabelle Lecomte, historienne de l’art. Cette œuvre a reçu le prix de la Fondation Engelberts pour l’Art et la Culture en 2019. Parmi les extraits de poèmes, deux avaient été écrits par Alexandre Voisard, écrivain jurassien, traducteur et poète. Pour sa nouvelle création, Anne a immédiatement pensé à Alexandre Voisard pour écrire des poèmes accompagnant 24 linogravures inédites et il a accepté avec empressement de participer à cette œuvre. C’est ainsi que naît «encres d’aube», une œuvre où s’épousent l’encre de l’artiste, car chaque gravure s’inspire à l’aube d’un dessin au brou de noix, l’encre du poète et celle du typographe. Mais ce livre, il fallait encore l’imprimer ! Quand on a à ses côtés Peter Egli, un mari typographe, rompu aux anciennes techniques mécaniques pouvant réaliser une impression de très haute qualité avec des encres et du papier dignes d’un ouvrage d’art et qu’il y a encore des machines qui puissent réaliser ce miracle au Cadratin à Sottens, alors pas à réfléchir plus longtemps, il faut le faire! Ce livre relié à la main par « d-lignes » à Vevey fait partie « des plus beaux livres de Suisse 2020 » lors d’une exposition itinérante à travers la Suisse et l’étranger. La réserve précieuse de la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne en a acquis un exemplaire pour sa collection. Actuellement, le livre « encres d’aube » est exposé au Cadratin jusqu’au 30 octobre 2021. Donc, donc, il faut absolument aller le voir !

Heures d’ouverture du mercredi au samedi de 10h à 16h dans les locaux de l’émetteur national de Sottens, route de Peyres-Possens 29, à Sottens.

Pour tout complément d’information : www.anneeglidecombaz.com et www.lecadratin.ch