Paudex – Lente gestation du Plan d’affectation communal

Peut-être une possibilité d’accueillir 1264 habitants de plus, sur un territoire communal qui reste minuscule de 44 hectares !

Claude Quartier | La version actualisée du Plan d’aménagement communal (PAC) a été présentée, lundi 16 mai, à la population par le municipal responsable Jean-François Spring. Une cinquantaine de personnes, essentiellement des propriétaires, sont venues s’informer de l’état du PAC et des conséquences que cela pourrait avoir sur la commune et les propriétés concernées.

On ne part pas de rien. Le Plan d’affectation en vigueur date de 1987. Il a été révisé en 1998. Au plan fédéral, la révision de la Loi sur l’aménagement du territoire a été acceptée (LAT 2014). Par cascades, les plans cantonaux et communaux doivent être revus au vu de cette législation. Au plan cantonal, les plans d’affectations communaux doivent avoir une définition commune des diverses zones et de leur potentiel constructible. Enfin chaque mètre carré du territoire communal doit être affecté à une zone bien précise. Ce toilettage effectué, il a fallu en plus s’adapter aux évolutions démographiques et politiques de ces dernières années. Lourd et long travail pour la municipalité.

1264 habitants de plus

La forte augmentation de la population vaudoise et la recherche de terrains à un prix abordable, provoquent immanquablement un mitage du territoire si on laisse faire. Le canton a donc réagi en densifiant l’habitat dans les régions urbaines bien desservies par des transports publics et en bloquant les constructions en campagne. Les zones à bâtir communales ont été revues en conséquence, densifiées ou supprimées selon leur situation. Paudex est au cœur de l’agglomération lausannoise. Conséquence: pas de suppressions de zones à bâtir, mais au contraire une densification générale, nuancée selon les zones dans les quinze prochaines années.

Trois niveaux de densification ont été définis : faible au bord du lac pour préserver les rives et leur accès au public; intermédiaire sur la colline où sont installées les villas les plus cossues de la commune et plus importante au centre de l’agglomération. En zone de moyenne densité, on peut avoir au maximum un immeuble de 18m de haut et 40m de long; sur la colline, un immeuble de 12m de haut et de 32m de long; au bord du lac, une construction de 11,5m de haut et 24m de long. Si toutes les possibilités de constructions étaient utilisées au maximum, la population de Paudex pourrait presque doubler et accueillir 1264 habitants de plus, sur un territoire communal qui reste minuscule de 44 hectares !

Construire ou verdir 

Nombreux sont les habitants de la colline qui trouvent ces gabarits surdimensionnés dans l’environnement très arborisé et relativement peu construit qui est le leur. Mais ce qui a été le plus discuté, c’est un point particulier de la LAT, soit le statut des parcelles non construites actuellement qui devront être construites à 80% du potentiel dans les 12 ans, faute de quoi elles seront taxées ou déclassées. Fini la thésaurisation de terrain à bâtir! Il faudra construire ou payer une taxe annuelle rédhibitoire dont on ne connaît pas encore le montant, ou devenir une zone verte inconstructible. Les propriétaires concernés ont le couteau sur la gorge et ne sont pas contents. On parle même de « référendum » ce qui semble peu réaliste, la LAT étant une loi fédérale acceptée par le peuple.

On en n’est pas là et le PAC suit lentement mais sûrement son bonhomme de chemin. La première mise à l’enquête date de novembre 2019. La validation du premier jet par le Conseil communal a eu lieu en mars 2021. Le canton a demandé des modifications qui justifient une nouvelle mise à l’enquête prévue en juin de cette année. Nouvelles oppositions possibles. Si tout va au mieux, une entrée en vigueur début 2023 est envisageable. Ce qui semble très optimiste au vu des oppositions qui se dessinent.