Opinion

Une initiative raisonnable et proportionnée

Axel Marion, ancien député PDC | La campagne des opposant-e-s présente la réglementation proposée par l’initiative pour des multinationales responsables sous un angle complètement erroné. Les affirmations selon lesquelles l’adoption de l’initiative soulèverait une déferlante juridique sont pure élucubration. Les obstacles à un procès civil sont en effet très élevés, tant sur le plan du contenu que sur le plan financier. Il incombe en effet aux personnes lésées d’apporter la preuve complète du dommage causé. Pour celles-ci, la procédure est également très lourde financièrement. En outre, les avocats en Suisse n’ayant pas droit à des honoraires en fonction du succès, aucun « marché aux plaintes » ne pourrait voir le jour. Seules les plus éclatantes violations des droits humains dont la preuve est exhaustive parviendraient devant le juge. Cette réglementation aurait toutefois un effet préventif car les multinationales seraient enfin tenues d’accorder plus d’attention à la manière dont travaillent leurs filiales à l’étranger. En ce sens, l’initiative apparaît plus que raisonnable et proportionnée, et c’est la raison pour laquelle de nombreux chefs d’entreprise la soutiennent. Ces derniers ont compris, comme espérons la majorité des citoyen-ne-s suisses, que la défense des valeurs humanitaires de notre pays renforcera notre économie plutôt que de la pénaliser.