Opinion

Indépendance politique

Jean-Luc Kissling, pour le Groupement indépendant d’Oron – Grindor | Le soufflé des élections communales qui était retombé gonfle à nouveau à Oron et à Blonay qui fusionnent avec respectivement Essertes et Saint-Légier-La Chiésaz. Dans ces deux communes, des groupements indépendants briguent des sièges au législatif et à l’exécutif. Quelles motivations poussent donc leurs membres à se distancier des partis traditionnels ? Il serait pourtant plus simple de s’appuyer sur l’infrastructure d’un bloc politique déjà actif aux plans cantonal et fédéral. Dans notre commune, le Groupement indépendant d’Oron a été créé, il y a six ans à l’occasion des premières élections au système proportionnel. Les fondateurs estimaient nécessaire d’offrir aux électeurs une alternative aux partis existants, dans l’objectif de faire de la politique en toute liberté, sans autres buts que le bien de la communauté. Privilégiant les intérêts de la commune et de ses habitants, Grindor est devenu au fil des séances du Conseil communal une force de proposition. Les délibérations qu’il a initiées, sous forme d’interpellations et de postulats, ont complété les habituelles et ronronnantes discussions des préavis municipaux. Parmi les nombreux sujets amenés par notre groupement, on peut mentionner la proposition d’un examen global des entraves à la circulation des personnes à mobilité réduites. Dans la foulée, le Conseil avait admis à l’unanimité (une rareté dans cette législature), l’aménagement d’un passage adapté aux fauteuils roulants et aux poussettes, au centre d’Oron-la-Ville. On attend toujours, depuis plus de quatre ans! On relèvera aussi le postulat déposé en fin de législature, en vue de disposer dans notre commune d’un plan climatique. L’horizon des élections approchant, d’autres forces politiques se sont emparées de ce thème, mais le fait est que c’est Grindor qui, le premier, l’a amené à l’ordre du jour de notre législatif. Nos candidats, tant à la Municipalité qu’au Conseil communal, entendent bien concrétiser ces préoccupations au courant de la nouvelle législature. Avec d’autres thèmes. Entre autres, il leur paraît urgent, dans le cadre du plan directeur communal et du plan d’affectation, de rendre les places de village plus accueillante aux piétons. Il serait temps aussi de mettre en place un processus clair pour le maintien du patrimoine bâti présentant un intérêt architectural. Trop nombreux ont été les beaux bâtiments démolis et remplacés par des immeubles le plus souvent cubiques, sans grâce et sans âme. Débarrassés des enjeux partisans, les groupements politiques indépendants au niveau communal contribuent à l’enrichissement des réflexions et des débats d’idées et en fin de compte à une politique proche des besoins locaux.