Opinion

Campagne – Ville, un délicat cocktail

Anouk Hutmacher, pour le groupe PS Oron et Sympathisant.e.s | Depuis deux décennies, nos édiles favorisent fortement le développement des zones villas et des immeubles. Oron est vivant, résonne de toutes sortes d’accents, le commerce est florissant et les cours d’école sont pleines à craquer! Oron se peuple de plus en plus de personnes qui vivaient initialement dans les villes ou leurs périphéries. Bref, Oron s’urbanise non seulement au niveau du bâti, mais aussi au niveau de sa démographie sociale. Les infrastructures ont suivi et la contrée n’a eu de cesse de se transformer, réalisant des investissements spectaculaires avec, dernier en date, le nouveau bâtiment scolaire et ses aménagements routiers y relatifs. Mais on aurait tort d’oublier que le vaste territoire de la commune d’Oron est avant tout constitué de terres destinées à l’agriculture, avec en point de mire les productions laitière et céréalière. Le nombre de laiteries dans nos villages et les volumes de céréales pris en charges au centre agricole sont les témoins de la vivacité du monde paysan dans la région. Par ailleurs, on voit de plus en plus d’initiatives cherchant à mettre en valeur les savoir-faire et les saveurs de la production indigène, le marché mensuel du Battoir en est un bon exemple. Encourager la rencontre entre ville et campagne participe d’une politique qui promeut la consommation de proximité, les circuits courts et le commerce indépendant. Elle permet non seulement aux paysans ainsi qu’aux artisans de valoriser tout ou partie de leur production en travaillant sur la vente directe, mais elle participe aussi à l’indispensable effort de communication visant à la bonne connaissance de l’autre et au respect de celui-ci. Dans sa structure particulière et son évolution, Oron pourrait faire office de laboratoire pour élaborer des synergies permettant à chacun de tirer son épingle du jeu. Qu’il s’agisse d’agriculture traditionnelle ou bio, de micro-ferme ou encore de transformation artisanale, chacun devrait pouvoir trouver sa place et valoriser sa production auprès d’une nouvelle population, certainement intéressée mais pas toujours au fait des formidables possibilités qu’il existe chez nous! Les vitrines peuvent être multiples : marché hebdomadaire, plate-forme internet, brochures et documentation, mise en réseau, stages ou ateliers… les idées ne manquent pas ! Veiller à ce qu’Oron reste une contrée harmonieuse, capable d’intégrer ses nouveaux arrivants dans un contexte campagnard qui profite par ailleurs des infrastructures modernes qu’offrent leur venue, voilà ce que le PS et ses sympathisants souhaitent aussi pour la prochaine législature. Vivre ensemble tout simplement !