Mézières – Réouverture du Théâtre du Jorat

Nouveaux projets pour la Grange Sublime

Projection de la future transformation

Alain Bettex | Jeudi dernier 3 septembre en soirée, le Théâtre du Jorat a ouvert pour la première fois de l’année. Malheureusement, ce n’était pas pour un spectacle, mais pour une présentation à toute la population de Jorat-Mézières du plan d’affectation projeté pour l’avenir du théâtre. Devant une assemblée clairsemée, non seulement à cause du cornavirus, on a généreusement compté une soixantaine de personnes, ceux qui vraiment s’intéressaient à l’avenir de la Grange Sublime. Le président du Conseil de fondation, Christian Ramuz a pourtant magnifiquement défendu le plan d’affectation qui devrait être présenté à la municipalité en octobre. Par la suite, il devra être approuvé par le Conseil d’Etat en début d’année. Le but visé par le président était d’informer les habitants et voisins du projet de transformations et d’améliorations du théâtre. Dans cette optique le gagnant du concours d’architecture a été le bureau Mondada, Frigerio, Dupraz qui a l’expérience des théâtres puisqu’il a déjà transformé le Théâtre municipal de Lausanne. C’est Anne Dupraz, architecte EPFL, qui a présenté son projet. Il consiste avant tout à améliorer l’arrière de la scène au moyen de grandes poutres des forêts du Jorat, ce qui améliorerait ou agrandirait l’accès à la scène. En outre, rappelons que ce théâtre à plus de 112 ans, il s’affaisse doucement du côté de la scène. Non seulement, il faut le renforcer par le biais d’un pavillon, qui en plus serait utile à l’arrière, pour recevoir les acteurs et aussi posséder un peu de marge lorsqu’ils entrent ou sortent de scène, ce qui n’est pas possible actuellement. Une entrée des décors est aussi prévue. De plus, des travaux d’infrastructures sont urgemment à réaliser en dessous de cette scène. Un autre grand projet est un local fixe d’accueil avec wc, petite cuisine et endroit de réception. Actuellement, la tente d’accueil provisoire ne supporte pas le froid. Elle doit être démontée en début et en fin de saison ce qui a un coût. Un accès pour les personnes à mobilité réduite est indispensable pour les accueillir. Il est de plus nécessaire pour toutes les nouvelles constructions ou modifications. Du côté de la municipalité, le syndic, Patrice Guenat, a également donné son aval à cette future réalisation. Ce projet devrait avoir un coût de près de 9 millions de francs. Le président Ramuz est relativement optimiste pour trouver le financement. Si le projet est adopté, il devrait compter sur des aides du canton, de la Confédération, de la commune, de la Loterie romande et des sponsors. 

Le président du Conseil de fondation a brillamment défendu le projet
Anne Dupraz, architecte EPFL a présenté son projet.
L’arrière du théâtre doit être renforcé