L’Oxymore, théâtre de l’après pandémie

L’Ouvrir avec les comédiens: Isabelle Bonillo et Pierre Gilardoni, musicien-performer

L’Oxymore reprend vie, Le Théâtre malgré tout

Nathalie Pfeiffer  |  Cette période de pandémie affecte bien des secteurs et si l’on parle beaucoup des grandes structures théâtrales, on pourrait se demander ce qu’il en est des lieux plus petits. L’Oxymore, à Cully, en est un avec ses 50 places hors pandémie. Les nouvelles réglementations nous feront peut-être passer à 35 spectateurs, et garder en ordre de marche un théâtre pour 35 personnes c’est une gageure. En admettant que le prix du billet reste le même, et que le personnel d’accueil garde le même salaire, les artistes, eux seront les grands perdants, car il n’existe pas de compensation pour les sièges laissés vides. Certains ont déjà dû renoncer à se produire faute de recette suffisante. D’autres le feront peut-être encore cette année. 

Venir au théâtre c’est prendre un risque bien sur, puisqu’il s’y trouve forcément plus de monde que chez soi, mais c’est aussi une ouverture à l’autre, une curiosité salutaire et des échanges vivants. Accepter ce risque, c’est faire oeuvre de vie envers et contre n’importe quel virus.

De notre côté, nous nous battrons et nous sommes là pour vous. 

On démarre en septembre avec un conte horrifique et mystérieux : La Barbe Bleue. Un personnage qui fait trembler les petits mais surtout les grands depuis plus de 300 ans et qui a peut-être inspiré Landru ! Vous en entendrez trois versions, assez différentes les unes des autres puis nous explorerons la trajectoire de ce conte, au travers des siècles car notre perception en a changé au gré des modes et de la psychanalyse. 

Isabelle Bonillo nous rejoindra mi-septembre avec un one woman show comme un cri du coeur, où tout est vrai ! Elle nous entraînera avec elle dans des méandres administratifs comme dans un dédale qui nous pousse à rire… car nous avons les même problèmes et que celui qui n’a pas vécu une erreur des impôts ou une inondation dans sa cave nous jette la première pierre.

Enfin dans une mise en scène de Gil Pidoux, une pièce anglaise de Albert Ramsdell Gurney. Un couple qui se sépare, se rend ses lettres d’amour. Et puis ces deux personnages que lient et délient les événements de leur passé, nous les verrons redécouvrir le chemin de leur amour et de leur défaite. Ils nous étonneront, nous feront rire ou sourire, en nous offrant ce miroir sur la surface duquel glissent les mots et les images qui ont fait leurs vies, et la nôtre.

 

Renseignements et réservations : www.oxymore.ch Site tout neuf !!

6 septembre 17h : Conte pas pour enfants (même sages) : La Barbe Bleue, 3 versions du fameux conte par N. Pfeiffer

11 et 12 septembre : Humour : « L’ouvrir »; one woman show de Isabelle Bonillo

25 26 et 27 septembre : Théâtre Romantique : Love Letters : échange de lettres d’amour.