Le chien viverrin

Luc Grandsimon | Nous avons décidé de vous parler cette fois-ci d’un mammifère qui est moins connu que des stars de zoo comme les loups ou les ours, et pourtant tout aussi intéressant: le chien viverrin (Nyctereutes procyonoides). Appelé aussi au Japon Tanuki, il nous vient d’Eurasie et s’est parfaitement adapté au climat du nord-est de l’Europe. Le souci étant qu’il a peu de prédateurs dans son nouvel habitat. Il détruit inconsciemment l’écosystème puisqu’il prolifère rapidement. Il est considéré comme nuisible (à l’image du raton laveur en Amérique, dont il partage une nette ressemblance au niveau du masque) dans plusieurs pays. Ses prédateurs sont l’ours, le loup, le renard et le lynx.

Un «raccon dog» (un chien raton laveur)
Le chien viverrin a des pattes courtes et un pelage épais aux poils longs et soyeux ce qui lui vaut d’ailleurs d’être chassé pour sa fourrure. Il peut mesurer en longueur de 80 à 110 cm sans la queue qui, elle, peut atteindre 15 à 25 cm. Haut de 35 cm, il possède un «masque facial» lui donnant cette apparence de raton laveur. La queue du chien viverrin est unie contrairement à celle du raton laveur qui est annelée. Son poids varie entre 4 et 6 kg en été et peut atteindre 10 kg en hiver. La femelle met bas jusqu’à 6 petits et sa période de gestation est de 2 mois. Les jeunes sont sexuellement matures vers 9 mois.

Un canidé qui s’endort l’hiver
L’alimentation du chien viverrin est composée d’œufs, de micromammifères (mulot, souris), de batraciens et de baies. «Le plus étonnant chez ce canidé est qu’il hiberne comme l’ours. Il cherche un endroit pour hiberner et va vivre de sa réserve de graisse qu’il a amassée. En cas de redoux, il se réveillera pour se nourrir» nous explique le directeur du zoo de Servion, Roland Bulliard.
Les chiens viverrins du zoo de Servion sont arrivés en août 2012. Depuis le début de l’article, nous vous parlons de sa ressemblance avec le raton laveur, eh bien dans le cas de Tessel et Avani, c’est raté car ils sont albinos!

La fondation AAP
Exit donc le pelage gris-brun pour ce frère et sa sœur. Ils ont été élevés sur l’île de Texel, au nord des Pays-Bas, par un particulier qui les considérait comme animaux domestiques. Une voisine a pu convaincre leur propriétaire de les céder à la Fondation AAP, qui les a recueillis pendant quelque temps. Cette fondation, créée en 1972, est un refuge européen basé à Almere en Hollande, dans la province du Flevoland. AAP recueille des mammifères exotiques négligés ou maltraités venant de particuliers, de cirques et en provenance du commerce illégal. La Fondation AAP assure les soins nécessaires pour que les animaux puissent reprendre des forces et leur apprend à vivre en groupe. Quand ils sont à nouveau en bonne santé mentale et physique, la fondation les place dans des jardins zoologiques du monde entier. En savoir plus sur la Fondation AAP? Consultez le site www.aap.nl. L’espérance de vie d’un chien viverrin est de 9 ans en captivité.