La plus petite cité d’Europe

Gérard Bourquenoud | Elle se nomme Rue et a été construite sur une colline rocheuse située à quelques encablures d’Oron, Moudon, Romont et Vevey. Dominée par un château très pittoresque d’où l’on jouit d’une vue étendue sur le Léman, les Alpes et le Jura, elle fut jusqu’en 1847, le siège de la préfecture de l’ancien district de Rue. A cette époque, le château était propriété de la famille de Maillardoz qui est originaire de ce village et a fourni un grand nombre d’officiers et de magistrats. Par contre, c’est la maison de Savoie qui décida que Rue soit classé sous le nom de ville et cité dans son statut de bourg. Les sires de Rue étaient vassaux du comte de Genevois. Lors de la guerre qui éclata en 1235, entre Pierre II de Savoie et le comte de Genevois, la ville et le château eurent beaucoup à souffrir. Après bien des péripéties, la seigneurie de Rue passa sous la domination de la Savoie vers 1250 et fut administrée par un châtelain. A l’époque de la conquête du Pays de Vaud, la ville de Rue fut prise et capitula le 25 février 1536. Les Fribourgeois confirmèrent les droits, libertés et coutumes de la cité. Il y eut de curieux procès de sorcières, entre autres contre la fameuse Mia Varmy, veuve de Jacques Blanche d’Ecublens. Cette malheureuse fut brûlée vive le 20 mars 1634, après avoir été tenaillée, afin de lui faire avouer ses prétendus complices. Bien qu’il figure sous le nom de ville ou cité dans les livres de géographie, ce n’est qu’un petit village qui se nommait Ronda en 1101; Rota en 1147 ; Rua la Villa en 1221 ; Roa en 1237; pour finalement devenir Rue semble-t-il vers le 14e ou 16e siècle. En 1900, il comptait 479 habitants qui gagnaient leur pain quotidien par l’élevage et le commerce de bétail, les arbres fruitiers, les moulins et la tannerie. A l’heure actuelle, Rue a 1526 habitants dans ses murs dont la plupart travaillent à l’extérieur mais qui sont très heureux de vivre dans la plus petite cité d’Europe, à laquelle ils sont très attachés.