Fusion Essertes – Oron – Séance d’information à la population du 15 octobre

Le chemin s’est largement dégagé pour envisager positivement une votation populaire

Jean-Pierre Lambelet | Suite à l’acceptation le lundi 28 septembre par le Conseil général d’Essertes et par le Conseil communal d’Oron du projet de convention de fusion des deux communes, le chemin s’est largement dégagé pour envisager positivement une votation populaire le dimanche 29 novembre 2020. Afin que les éléments contenus dans cette convention de fusion soient clairs pour les habitants des deux communes, une séance d’information s’est déroulée à l’aula du collège d’Oron-la-Ville le jeudi 15 octobre à 20h. Une quarantaine de personnes étaient présentes, y compris le préfet Daniel Flotron qui était ainsi aux premières loges pour s’enquérir du futur de son district qui passerait de 17 à 16 communes. Le syndic d’Oron, Philippe Modoux, a dévoilé le déroulement de la séance et le syndic d’Essertes, René Delessert, a retracé l’historique et les éléments qui ont amené sa commune à souhaiter une fusion avec celle d’Oron. Après avoir tâter, déjà en 2006, les possibilités d’intégrer le projet de fusion de la future commune d’Oron (accepté le 28.11.2010) la commune d’Essertes s’était retirée du projet. Le 22 mai 2018, le Conseil général d’Essertes donne mandat à la Municipalité d’étudier un projet de fusion avec Servion ou Oron, ou le statu quo. L’étude aboutit à une recommandation stratégique en direction de la commune d’Oron. Le 5 février 2019, le Conseil général d’Essertes accepte, avec 21 oui, 7 non et 1 abstention, d’ouvrir les pourparlers et d’entamer l’élaboration d’une convention de fusion qui a été acceptée le 28 septembre par le 75% des conseillères et conseillers d’Essertes et le 100% des conseillères et conseillers d’Oron. Gilles A. Léchot de la société Compas, qui a été mandatée par les deux communes pour établir une convention avec effet au 01.01.2022, la présente en passant sur l’ensemble des articles et en soulignant les points principaux, par exemple :

• L’organisation politique avec, sur une première et unique législature 5 conseillers communaux venant d’Essertes. Par la suite, en 2026, les conseillers seront élus comme actuellement à Oron sur l’ensemble du territoire de la nouvelle commune

• Les adresses postales restent identiques et la commune d’origine reste inscrite entre parenthèses

• L’administration avec des heures d’ouverture plus larges

• L’urbanisme avec son bureau technique à Oron

• L’aménagement du territoire

• La fiscalité avec un taux d’impôt de 69 à Oron contre actuellement 71,5 à Essertes

• Une économie d’environ Fr. 290’000.- sur les comptes de fonctionnement

• La reprise intégrale des employés d’Essertes

• L’entretien des routes et le déneigement par une équipe avec des équipements ad hoc

• La déchetterie avec le maintien des molocks à Essertes + éventuellement 1 ou 2 supplémentaires 

• Les divers règlements communaux

• Les sociétés locales et les nouvelles extensions possibles

• Les écoles, sans changement, car déjà intégrées dans le groupement scolaire

• Le subside cantonal de Fr. 805’900.- alloué spécialement pour la fusion

• Et divers autres points précisant des détails indispensables à une fusion réussie.

Le public a pu dialoguer avec les intervenants qui ont répondu avec toute la clarté désirée aux soucis des habitants ayant peur du changement ou d’une perte d’autonomie qui va en s’amenuisant au fil des ans pour les petites communes. Et ce sera à la population d’Essertes et d’Oron de décider de l’acceptation de cette convention de fusion le dimanche 29 novembre 2020 lors d’un scrutin populaire. Les bulletins de vote seront distribués dans les boîtes aux lettres au début novembre.