Fusion Essertes – Oron – Nous sommes confiants et sereins pour l’avenir !

Développement harmonieux et qualité de vie de ses habitants et habitantes

DCIM\100MEDIA\DJI_0046.JPG

L’évolution de la société fait que les frontières administratives ne correspondent plus aux espaces de vie. Les prestations publiques ont suivi cette évolution : les cercles scolaires se sont agrandis, les infrastructures communes se sont multipliées en se planifiant au niveau régional. Cette collaboration vise au développement harmonieux de notre région et à la qualité de vie de ses habitants et habitantes. Mais il faut bien reconnaître malheureusement que ces rapprochements ont leurs limites. Les législations fédérales et cantonales ont réduit comme peau de chagrin l’autonomie des autorités locales. Ils augmentent encore la charge des élu-e-s, qui doivent se partager entre de plus en plus de séances. Cela risque de rendre vain l’exercice des droits démocratiques. Les autorités communales deviennent, sur bien des thèmes, des chambres d’enregistrement, et des sources de financement. La marge de manœuvre des autorités communales s’amenuise au fil du temps, et avec elle la motivation des candidates et candidats aux élections. Comment imaginer qu’une possible mise sous tutelle cantonale de notre commune serait plus favorable qu’une fusion avec Oron ? On peut regretter cette évolution, mais on ne peut pas la contester : la société a évolué. Si la démocratie doit encore avoir du sens, il faut que les territoires sur lesquels elle s’exerce évoluent également. Pour que la voix des citoyennes et citoyens d’Essertes porte, il faut qu’elle s’exprime là où les décisions se prennent, plutôt que de crier dans le désert. La fusion ne signifie pourtant pas nécessairement l’appauvrissement de la vie locale, au contraire. Les sociétés locales auront une nouvelle mission, celle de maintenir et de développer l’unité de nos villages dans la nouvelle organisation. La crise sanitaire que nous traversons montre d’ailleurs que les limites administratives ne freinent pas la solidarité. Bien des habitants ont offert à leurs voisins vulnérables de faire leurs courses sans se demander s’ils habitaient du même côté de la limite communale. La fusion d’Oron en 2012 n’a pas fait disparaître du jour au lendemain les innombrables sociétés que comptaient les villages de Bussigny-sur-Oron, Châtillens, Chesalles-sur-Oron, Ecoteaux, Les Tavernes, Les Thioleyres, Oron-la-Ville, Oron-le-Châtel, Palézieux ou Vuibroye. Ces sociétés sont restées vivantes, et confirment chaque jour l’attachement des habitants à leur village, à leur « coin de pays », sans que les limites administratives ne les brident ! Un OUI à la fusion Essertes – Oron permettra un véritable projet de société, c’est dans cet esprit qu’Oron et Essertes s’engagent.

Un OUI à la fusion Oron – Essertes sera favorable : des investissements conséquents pourront être réalisés, lesquels ne seraient pas possibles sans la fusion. Un OUI à la fusion Essertes – Oron améliorera le bien-être des citoyens en leur offrant des prestations élargies dans un souci d’efficience.

Un OUI à la fusion Oron – Essertes entraînera une baisse de la fiscalité pour les habitants d’Essertes; le taux d’imposition passera de 71.5 à 69.0 

Un OUI à la fusion Essertes – Oron ne fera pas disparaître du jour au lendemain le passé, les souvenirs « la petite histoire » du village, au contraire. Ils resteront mémoire d’Essertes qui existe depuis de nombreux siècles.

VOTEZ OUI NOUS SOMMES CONFIANTS ET SEREINS POUR L’AVENIR !

Le comité de soutien à la fusion Essertes-Oron : Coralie Berthoud, Monique Destraz, Catherine Gétaz, Audrey Jaunin, Claude Bally, Gilbert Gétaz, André Nidecker, Séraphin Reuse, Stéphane Rogivue, Bernard Russier