Forel (Lavaux) – Suzanne Audino quitte la Municipalité

L’actuelle syndique avoue ne pas avoir vu le temps passer durant cette législature

Thomas Cramatte | A la fonction de syndique depuis la précédente législature, cette amoureuse du monde floral a choisi de ne pas prolonger son mandat. Collectionnant plus d’une dizaine d’années au service des Forellois, Suzanne Audino laisse ainsi sa place pour un renouveau à la Municipalité. 

Suzanne Audino

Entrée tardivement dans le monde politique, c’est pourtant depuis son plus jeune âge que Suzanne Audino est initiée à la vie diplomatique. « A table, nous faisions régulièrement de grands débats ». Si, traditionnellement, ce sont plutôt les parents qui s’adonnent à ce genre de discussions, il n’en est rien au sein de cette famille d’origine suisse allemande. Les enfants étaient invités et même encouragés à prendre part aux débats et à exprimer leur opinion. « Une de mes sœurs était admirative de Mao Tsé-Toung. A un tel point, qu’elle avait appelé son chat Mao », se remémore avec humour l’actuelle syndique. Avec le recul, cette enfance politisée aurait bien pu jouer un rôle prépondérant dans sa carrière politique, avoue-t-elle. Née à Genève de l’union de parents bernois, Suzanne Audino rejoint le canton de Vaud à l’âge de trois ans: « Mes parents se sont installés dans le canton de Vaud en 1956. Nous venions alors du village de Peney » (commune de Satigny). Fermiers, ses parents sont séduits par un domaine agricole du côté de Grancy. C’est grâce à son envie de retrouver ses terres d’origine, que Suzanne Audino part s’installer dans le canton de Nidwald à 19 ans. « Je voulais aller m’installer en Suisse allemande ». Ainsi, son apprentissage d’employée de commerce achevé, son nom de jeune fille (Dubach) troqué avec celui de son mari Daniel, Suzanne Audino intègre un emploi à la direction générale de la Chrétienne sociale de Lucerne. « J’étais secrétaire d’un département traitant les affaires du canton de Fribourg, du Valais et du Jura ». Profitant cinq ans des bords du lac des Quatre Cantons, le jeune couple rejoint les rives d’un autre lac, le Léman en 1977, et s’installe au cœur du village de Préverenges. 

Découverte de Forel

Fraîchement arrivée d’outre Sarine, Suzanne Audino recherche alors un nouvel emploi dans la région de Morges. Mais ses plans professionnels seront quelque peu retardés avec l’arrivée de son premier enfant. « Dès la naissance de mon fils aîné en 1979, je me suis consacrée entièrement aux enfants pendant dix ans », explique l’employée de commerce à la retraite. Deux ans après la naissance de Yann, la désormais famille Audino recherche alors un domicile en campagne pour profiter de ces avantages. « Nous recherchions un lieu agréable à vivre. Cette maison à Forel avait tous les éléments pour combler notre famille ». Installée depuis 1981 dans cette commune du district, la famille s’agrandit l’année suivante avec l’arrivée d’Aline en 1982. Quelque temps plus tard, la cadette débute sa scolarité obligatoire et Suzanne Audino décide de remettre un pied dans la vie professionnelle. A cette époque, la photographie argentique représente un marché important. L’entreprise Fototec, basée alors dans la zone industrielle de Forel, est spécialisée dans les travaux de développement photographique. « Je possédais un poste au service des réclamations de 1987 à 1989 dans cette société ». Par la suite, enrichie de nombreuses connaissances et de ses implications dans la société des Amis Gyms, Suzanne Audino rejoint l’administration communale en devenant secrétaire au Greffe jusqu’en 2005. Soit quinze années afférées aux tâches administratives de ce village de plus de 2000 habitants. Cette première approche avec les tâches communales lui donnera le goût d’aller plus loin dans le monde politique régional. « Je réfléchissais souvent à m’engager dans la politique de mon village, mais il n’était pas convenable d’allier mon rôle de secrétaire au greffe avec une place au Conseil communal », avoue l’actuelle syndique. C’est en 2006 après son départ comme préposée à l’agence d’assurances sociales de Savigny-Forel, qu’elle se fait élire au Conseil communal.

Débuts à la Municipalité

Elle attendra 2009 pour franchir le pas après une élection complémentaire et deviendra la conseillère municipale en charge de la police des constructions, des affaires sociales et de la santé publique. Ce n’est que plus tard, après le départ du syndic Daniel Flotron pour la préfecture du district Lavaux-Oron, que Suzanne Audino deviendra syndique par élection tacite. « Le travail de municipal et de syndique n’est pas le même », explique Suzanne Audino. Car, pour elle, cette fonction hiérarchique détient avant tout un rôle de superviseur. « A Forel, nous ne faisons pas beaucoup de politique, mais travaillons plus en collégialité au service de la gestion communale. Nous avons par conséquent la chance d’avoir une excellente entente entre collègues à la Municipalité », C’est pour cette raison que l’actuelle syndique avoue ne pas avoir vu le temps passer durant cette législature. Aujourd’hui à la retraite professionnelle et prochainement libérée de ses fonctions à la Municipalité, Suzanne Audino projette de contempler la nature de la région. Adepte des roses et autres hortensias, elle se réjouit de profiter de la poésie florale peuplant les alentours de la maison familiale. De quoi occuper les douces journées d’été, accompagnée de ses petits-enfants.