LA petite histoire des mots – Hôtellerie

Illustration © Arvid Ellefsplass

Geoges Pop | L’hôtellerie suisse a connu une année noire en 2020, en raison de la pandémie et des mesures sanitaires prises pour contrarier la propagation du virus. En dépit du tourisme indigène et de la fidélité des visiteurs français ou allemands, les hôtels des grandes villes, très dépendants du tourisme d’affaires, ont vu leurs revenus chuter de près de 70%. Les régions de montagne, quant à elles, ont mieux supporter le choc, avec, en moyenne, un recul de quelque 20%.

Etymologiquement, le mot « hôtellerie » est intimement lié à la notion d’hospitalité et au mot « hôte » qui désigne aussi bien la personne qui reçoit des invités, que celle qui est reçue en qualité de visiteur. «Hôtellerie» nous vient de l’adjectif latin « hospitalis » qui définit tout ce qui touche à l’hospitalité. Cet adjectif latin est intimement apparenté aux mots « hospes », qui désigne celui qui reçoit un étranger, et « hospitalitas » qui veut tout simplement dire « hospitalité »

C’est de cette famille de termes latins que sont issus les mots français hôte, hôtel, hôtellerie, mais aussi hôpital. Chez les Romains un « hospitale cubiculum » était une chambre d’hôte qui recevait les voyageurs de passage. Au Moyen-Âge, une « hostellerie » désignait la partie d’un monastère réservé à l’hébergement des pèlerins. Le mot « ostel » désignait, quant à lui, un lieu d’hébergement pour les chevaliers et les voyageurs. Il existait aussi, dans les villes, des hôpitaux appelés « Ostels Dieu », administrés par l’Eglise, qui accueillaient les indigents. 

De nos jours, il existe toujours un grand hôpital parisien qui porte le nom d’Hôtel-Dieu. Il est sur l’île de la Cité, en bordure nord du parvis Notre-Dame, et il accueille parfois des sans-abris, par temps froid. A partir du XIIIe siècle, les « ostels » devinrent progressivement l’équivalent de nos établissement hôteliers actuels. Notons que le mot « hôtel » est une forme abrégée de « Hôtellerie » qui a fini par supplanter son équivalent « ostellerie ». Depuis le XIXe siècle, les dictionnaires français désignent l’hôtel comme un établissement où l’on peut se loger pendant une ou plusieurs nuits contre un paiement. Par extension, le mot « hôtel » désigne aussi, de nos jours, un édifice officiel. Les « Hôtels de Ville », par exemple, firent leur apparition dans les cités, dès le Moyen-Âge, avec le déclin des pouvoirs seigneuriaux et l’octroi de privilèges aux municipalités. 

Relevons encore qu’un « hôtel » ou une « maison de passe » désignent un établissement où se pratique la prostitution; autrement dit un bordel ou un lupanar. L’occasion de se souvenir que « lupanar » est un dérivé du latin « lupa » qui veut dire « louve ». Dans la Rome antique, faute d’éclairage nocturne, les prostituées criaient « houhou » dans les ruelles obscures, pour attirer le chaland, ce qui leur valut le surnom de celles dont elles imitaient le cri… La nourrice de Rémus et Romulus, les mythiques fondateurs de la ville, était une « louve », autrement dit une prostituée.

C’est ainsi que l’animal est devenu le symbole de la ville… 

 Georges Pop