CullyJazz, trois concerts pour palier au désert culturel

Le Cully Jazz festival fut l’un des premiers rassemblements musicaux à annoncer son annulation. Depuis les mesures de semi-confinement, tous les acteurs culturels sont dans l’incertitude pour leur avenir. Le festival reporté à 2021, artistes et organisateurs ont pourtant maintenu une activité musicale à huis clos. Dès le 22 juin, les manifestations jusqu’à 1000 personnes sont autorisées et permettent ainsi d’organiser trois concerts le week-end des 27 et 28 juin. Au vu des exigences et du temps nécessaire pour la préparation de l’évènement, les représentations musicales s’effectueront selon les restrictions du 6 juin. Pour cette raison, seulement 300 personnes pourront y assister.

Annulation

La 38e édition du Cully Jazz festival aura marqué les esprits des acteurs culturels de Lavaux. Le 9 mars, la manifestation se résout à renoncer à son édition 2020. Se déroulant habituellement à la fin mars, le rassemblement culliéran s’organise bien avant l’ouverture de ses portes. L’infrastructure permettant d’accueillir les quelque 65’000 spectateurs nécessite de nombreuses heures de manutention. Depuis début février, une atmosphère d’incertitude règne au sein du comité organisationnel. 

« Nos inquiétudes pour cette édition 2020 se sont confirmées lorsque le Carnaval de Venise a annoncé son annulation. Nous avons retardé les constructions jusqu’à la date limite du 9 mars. Une date qui nous laissait encore le choix d’annuler », se remémore Jean-Yves Cavin, co-directeur et programmateur du festival. 

Annulé essentiellement pour des raisons d’infrastructure, le festival n’aurait sans doute pas réussi à se relever une fois les frais de montage engagés. Malgré cette prudence, le rendez-vous musical avait déjà mobilisé 750’000 francs dans l’aventure 2020. Entre le cachet des artistes et les charges dues au personnel, une partie de cette somme a néanmoins pu être retrouvée grâce à un élan de solidarité. Les dons (50’000.-) et le non-remboursement des billets (200’000.-) représentent environ 10 % du budget total de la manifestation musicale. Plus de 60 % des spectateurs ayant acheté des billets ont renoncé à leur remboursement.

 « Nous avons été très touchés par toutes ces actions de soutien, autant les spectateurs, la commune et les sponsors nous permettent d’entrevoir l’édition 2021 et nous aident à tenir ».

Grâce à ce vaste élan de soutien, l’entreprise évite la faillite et la manifestation peut envisager un avenir, même si celui-ci reste encore flou.

Concerts gratuits

Lorsque le Conseil fédéral a annoncé le 27 mai qu’il était possible de réunir jusqu’à 300 personnes dans l’espace public dès le
6 juin, le comité du Cully Jazz a sauté sur l’occasion.

« Pour nous, il fallait profiter de cette ouverture et organiser quelque chose. Ne serait-ce que pour remercier les spectateurs et les artistes qui nous ont fait confiance », raconte avec entrain Jean-Yves Cavin. Il tient toutefois à préciser que malgré le nouvel allègement des mesures édictées le vendredi 19 juin, il serait trop compliqué d’adapter ce rendez-vous musical à 1000 personnes.

Le staff et les musiciens sont à prendre en considération dans le calcul des personnes. C’est donc 278 spectateurs qui peuvent participer à chaque concert. Les réservations pour les trois représentations ont rapidement été complètes. En cinq heures, les billets pour les deux concerts de samedi ont trouvé preneur. 

Au programme samedi : « Louis Matute Quartet et Christophe Calpini with strings. »Deux artistes de la région qui étaient programmés pour l’édition 2020.

« Cet événement modeste a nécessité de grandes discussions entre canton, commune et notre équipe ». Un plan de protection détaille avec précision les mesures prises afin de respecter tous les aspects liés au Covid-19. Riche de sept pages, il a demandé plus de temps à établir pour les organisateurs que les concerts eux-mêmes. Pour des raisons pratiques, les places sont numérotées et chaque paire de chaises distancées de deux mètres. Les scènes faisant abstraction de la formule frontale classique, les places assises permettront aux musiciens de partager leurs gammes et autres accords sur 360 degrés. « Si nous placions les spectateurs de front par rapport à la scène, le dernier rang se trouverait à 60 mètres de celle-ci », rigole le programmateur.

Dimanche gastro-musique

Pour le 28 juin, un brunch sera organisé au Caveau Potterat, mélangeant viennoiseries et présentation du nouvel EP du quartet « Kuma », un jazz moderne entremêlé de sonorités électroniques. Cette journée dominicale débutera à partir de 10h30. « Avec l’engouement pour ces trois concerts, on ressent l’envie et le besoin qu’ont les gens de retrouver une vie sociale et culturelle ».

Malgré cette modeste reprise de l’activité musicale, l’avenir reste toujours flou pour la branche artistique. Ouvrant la brèche aux annulations des rendez-vous culturels, le Cully Jazz a cependant gardé son enthousiasme et sa passion.

« On fait un festival de musique parce que l’on aime ça, c’est notre passion ». Pour Jean-Yves Cavin et son équipe, cela ne fait aucun doute: la région de Lavaux a besoin du festival l’année prochaine, car ce n’est pas seulement le Bourg et la plage de Cully qui bénéficient de la manifestation, mais bien tous les acteurs qu’elle comporte. Du boulanger au vigneron en passant par l’épicier, la manifestation fait la joie des environs et bien au-delà.