Cully – 90 ans de Henri Noverraz

Presque un siècle de l’histoire de Cully qui défile en savourant les diverses anecdotes

Au centre Henri Noverraz et son épouse Nelly entourés de toute la famille

Jean-Pierre Lambelet | C’était un mercredi, le 26 février 1930, qu’Henri Noverraz a ouvert ses jolis yeux malicieux devant sa maman Suzanne et son papa Albert tout heureux d’accueillir ce beau garçon ! Avec Henri Noverraz, c’est presque un siècle de l’histoire de Cully qui défile en savourant les diverses anecdotes qu’il conte avec sa bonne humeur contagieuse. Depuis les « crasses » de gamin jusqu’à son implication dans la vie du village. Il y a cette passion pour la gymnastique au sein de la SFG Cully. D’abord comme aide-moniteur, puis comme moniteur. Il en a fait des Fêtes fédérales de gymnastique depuis Lausanne en 1951 jusqu’à…, il ne se souvient plus très bien de la dernière, peut-être Aarau en 1972 ou Genève en 1978? Peu importe, il a beaucoup donné de son temps et de son enthousiasme. D’ailleurs, son épouse Nelly souligne bien qu’il a donné beaucoup de son temps à la communauté, avec le Conseil communal pendant 32 ans et plus particulièrement avec une autre passion, les pompiers! En tant que soldat du feu, il a gravi tous les échelons hiérarchiques jusqu’au poste de commandant. Avec bien sûr des excellents souvenirs de l’esprit de corps des pompiers, mais aussi d’autres plus douloureux lors d’interventions sur des sinistres importants. Et, par-dessus tout, il y a la famille. Sa charmante épouse Nelly qui, du haut de ses 91 ans et demi avec sa vivacité d’esprit et de mouvement, houspille gentiment son mari pour qu’il arrive à la suivre ! Il y a leur deux fils, Marc-Henri et Christian, les belles-filles, les petits-enfants et les arrière-petits-enfants. Mais, il fallait aussi gagner sa vie ! Comme son grand-père et son père étaient dans la menuiserie, quoi de plus naturel que de continuer dans la même lignée en faisant un apprentissage le menant jusqu’à la maîtrise fédérale. Il adorait aussi tout ce qui concernait l’ébénisterie. D’ailleurs, une bonne partie des meubles de son appartement sont de sa main et vont durer encore bien des années…! De ses doigts habiles émerge également un talent moins connu, la peinture sur porcelaine ! Au nom de la municipalité de Bourg-en-Lavaux, le municipal Jean-Paul Demierre et l’huissier Pierre-Alain Genton ont amené de forts jolis cadeaux d’anniversaire et le message des autorités communales. La pasteure Aude Roy Michel lui a transmis une pensée évangélique pleine de tendresse et d’amour. Avec une telle joie de vivre, il est certain qu’il y aura encore bien d’autres anniversaires dans le couple Noverraz !