Chesalles-sur-Oron: émotion, solidarité et engagement

Michel Dentan  |  Il était 16h28 en cette belle et chaude journée du mardi 24 août lorsque l’appel est parvenu, par le 118, au centre de transmission des alarmes signalant que la grange de la ferme Maillard était en feu à Chesalles-sur-Oron. A cet instant, le SDIS d’Oron-Jorat (Service de défense contre l’incendie et de secours) était déjà opérationnel, en fin d’intervention, à Palézieux. C’est ainsi que, très rapidement, dans les minutes qui ont suivi l’alarme, il a pu rejoindre les lieux du sinistre et engager les moyens appropriés. Des moyens importants puisque, outre le SDIS déjà mentionné, ce sont des renforts du SDIS Coeur de Lavaux, du SDIS Haute-Broye, du SPSL (Service de protection et sauvetage de Lausanne), de la PCI Oron (Protection civile), ainsi que du DPMA (Détachement poste médical avancé) de Lausanne. Ce sont quelque 80 personnes, dont 70 pompiers, ainsi qu’une vingtaine de véhicules, qui ont été engagés dans cette lourde opération.

Une superbe solidarité

A l’arrivée des secours sur place, des actions essentielles avaient déjà été mises en oeuvre par des voisins qui avaient procédé à l’évacuation du papa du propriétaire, handicapé et âgé de 92 ans, ainsi que de la mise en sécurité des 26 vaches qui séjournaient dans l’écurie. Une action de solidarité s’est aussi spontanément constituée parmi les habitants du village qui ont formé une chaîne humaine pour évacuer de la partie habitable les objets les plus précieux, valeurs et documents administratifs. Et cette action s’est inscrite dans la durée puisque certains d’entre eux sont bénévolement venus ravitailler les pompiers qui ont lutté contre le feu durant une grande partie de la nuit.

Origine du sinistre

Selon les informations recueillies, le feu, d’origine technique, est parti d’une défectuosité d’un tapis à foin en cours d’utilisation. De là, des étincelles se sont très rapidement propagées à l’intérieur de la grange au travers du souffleur. Les premières tentatives d’extinction au moyen de trois extincteurs sont restées vaines.

Une intervention difficile mais remarquable des hommes du feu

Il faut saluer ici l’excellent travail des pompiers qui ont réussi à préserver de tous dégâts la partie habitable de la ferme. Et lorsque l’on voit les restes totalement calcinés de la grange attenante, on imagine aisément les énormes difficultés qu’ils ont dû surmonter pour conserver la maîtrise de la situation. Ils ont aussi collaboré, grâce également à l’engagement de moyens civils, à l’évacuation des quelque 450 m3 de foin qui se trouvaient sur place pour les répartir dans un champ avoisinant où ils sont restés, fumants, plusieurs jours sous surveillance. Les dégâts sont très importants et ne peuvent encore être chiffrés mais fort heureusement, aucun blessé, ni perte d’animaux ne sont à déplorer. Les habitants de la ferme ont été temporairement relogés, tandis que les 26 vaches laitières ont trouvé un hébergement provisoire dans une ferme voisine où l’on est également à même de s’occuper de leur traite.

Des soutiens financiers sont les bienvenus. Ils seront destinés exclusivement à l’achat de fourrage pour le bétail et peuvent être versés à l’Association Bard-Maillard, sur le compte de la Banque Cantonale Vaudoise,
numéro IBAN CH55 00767 000L 5273 4858 avec la mention «Incendie».