Carrouge – Un nonagénaire tout neuf !

Nos vœux les meilleurs à Gilbert Rochat

Gilbert Rochat entouré de ses enfants Pascal et Sylviane

Martine Thonney | Gilbert Rochat a donné rendez-vous à ses hôtes le Jour J de son anniversaire. Le 24 septembre donc, la municipalité de Jorat-Mézières avait délégué trois de ses membres – Muriel Preti, Michel Rochat et Pierre Jordan – pour féliciter le jubilaire. Ce dernier, alerte, pétri de bon sens et doté d’une mémoire sans faille était accompagné de ses enfants Sylviane et Pascal. Les cadeaux de la commune et les vœux traditionnels échangés, les souvenirs ont fait revivre des visages, des moments et des anecdotes enfouis dans les mémoires. C’est aussi à ces instants de convivialité que servent les anniversaires et les visites à nos anciens, n’en déplaise aux défenseurs acharnés de la protection des données et de la sphère privée; rappelons-nous que nos villages et contrées doivent beaucoup à ceux qui les ont habités et aimés. Gilbert Rochat est né à Prilly-Chasseur d’une famille aimant la terre. Son père était jardinier puis, l’urbanisation grandissant dans cette banlieue lausannoise, devint employé communal. Après son école, le jeune Gilbert s’en alla travailler dans trois exploitations paysannes et suivit les cours de Marcelin où il reçut son CFC d’agriculteur. Il fut alors employé à Mont-Calme situé à l’époque près de l’actuel CHUV et EMS du même nom. C’était la station fédérale de recherches agronomiques de Lausanne. En 1953, Gilbert fut muté à l’Agroscope de Changins où il y fut le premier employé. Il y resta 10 ans. Il partit alors pour Moudon à la Société d’agriculture qui fut le tremplin pour « monter » à Mézières, à l’actuel Landi comme gérant pendant 30 ans. Il succéda à William Gilliéron dans ce poste où son intérêt pour la chose agricole, les rapports avec les gens, la gestion d’une entreprise et l’amour du travail bien fait firent merveille. Avec Lucette son épouse, il acheta le petit domaine de Jean Riesen sis « En Sésau » et réaménagea la ferme pour y déménager avec sa famille dans les années septante. Devenu veuf en 2011, il se mit à la cuisine, cultive encore et toujours son jardin avec soin et rigueur: les carreaux sont alignés au cordeau! Les sorties avec les aînés du Jorat sont des occasions de retrouvailles sympathiques. Il aime évoquer les bons moments à la Fanfare du Jorat à la batterie, aux sociétés de tir ou d’aviculture (souvent comme caissier !), aux périodes de service militaire comme soldat du train avec les chevaux, une de ses passions. Gilbert Rochat, entouré de ses enfants, 4 petits-enfants et 4 arrière-petits-enfants et de sa famille élargie se réjouit de retourner sur les lieux de son enfance pour un dîner qui promet d’être festif, à la Fleur-de-Lys, restaurant tenu par sa famille. Une petite-fille et sa famille vivant aux USA seront de cœur avec lui, ce diable de Covid en a décidé ainsi! Le paysage de Prilly a certes bien changé depuis 1930 mais les racines sont bel et bien là ; pour ce paysan dans l’âme, c’est essentiel ! Joyeux anniversaire.