Avancer

La problématique de la 5G continue à susciter de nombreuses levées de bouclier. Tant d’un côté comme de l’autre, chacun fourbit ses armes, présente ses arguments et impose ses spécialistes. Le terrain est miné, nous assistons à une guerre de tranchées.

Les positions de chacun sont devenues hiératiques, la croyance prend le pas sur la réflexion et bientôt, nous exécuterons les traîtres.

Il est grand temps de descendre de nos chevaux.

Le sujet est compliqué et les opinions tranchées. Les experts des uns sont à la solde du Grand capital, les experts des autres sont de sombres complotistes en mal de reconnaissance. L’issue semble être hors de portée, personne ne convaincra quiconque et, au final, il faudra la lassitude ou les tribunaux, pour décider d’une installation d’antenne.

Pourtant, depuis plus de vingt ans, nous devons suivre une formation si nous désirons nous passer d’une connexion mobile ! Le monde actuel a déjà intégré la mobilité physique, le train et la voiture, puis le vélo et la mobilité virtuelle. L’accès à tout en permanence. Avouons-le, oublier le téléphone à la maison, nous fait faire immédiatement demi-tour. Ce petit appareil de poche est un compagnon indispensable et il n’y a hélas aucun retour en arrière possible.

Dans l’article que vous lirez dans nos pages, vous constaterez le fonctionnement et les responsabilités qu’impliquent la mise en place des antennes nécessaires à nos téléphones… et à la tablette du petit sur le siège arrière. Vous comprendrez sans doute aussi qu’il sera nécessaire pour vos véhicules zéro carbone, de refaire des séances d’information au sujet des emplacement des bornes de recharge. En corollaire, une décision populaire devra être prise sur les énergies renouvelables à un échelon national et… « pas dans mon jardin ! » ne sera plus recevable.

Que voulez-vous ma bonne Dame et mon bon Monsieur, même à vélo, si on avance pas on tombe.