Vins recalés pour leur second degré !

Chasse la, c’est pas un vaccin, mais ça le vaud…

Thomas Cramatte | Une production venant de la Cave des Rois à Villeneuve ainsi que celle émanant de la Cave Arc-en-Ciel à Puidoux sont interdites à la vente. La faute à leurs étiquettes jugées inappropriées par le laboratoire cantonal.

Humour malvenu

Dans cette période particulière, les producteurs de ces deux vins ont pensé agréable d’apporter une touche d’humour sur leurs étiquettes. Les deux caves n’auraient jamais pensé que leurs produits seraient interdits à la vente. Mais le gouvernement, via le laboratoire cantonal, ne l’entend pas de cette oreille. Et pour cause, les noms des vins peuvent prêter à confusion selon l’organe de contrôle : « Il pourrait y avoir, parmi les amateurs, quelques personnes dépourvues d’humour et de second degré qui croiraient acheter un médicament au lieu d’un noble nectar », explique le communiqué de presse publié par les deux caves le 29 mars. La cave du bout du lac a présenté un vin rappelant la période hivernale avec son lot de virus. Chasselas’ grippe se voit ainsi interdit à la vente comme l’entier de sa gamme Antidote, venant elle aussi des murs de l’entreprise de Villeneuve. Du côté d’Arc-en-Vins à Puidoux, c’est sa nouvelle création à l’habillage fantaisiste qui n’a pas convaincu l’office de la consommation. Un chasselas de Chardonne, appelé CHAR’DONNE LE MORAL, Sérum anti-covid19, est ainsi considéré comme en infraction.  « Mais alors, comment expliquer que Red Bull qui donne des ailes ne soit pas interdit sous prétexte que quelques consommateurs puissent se jeter d’un toit ? », interroge le communiqué. Que penser de la bière Delirium Tremens, est-elle administrée au sein des établissements hospitaliers ? Sans compter d’autre exemples, comme la fameuse bière belge Mort subite, vendue sous ce nom depuis presque un siècle. « Les brasseurs ont-ils vraiment une meilleure compréhension du vocabulaire ? » poursuit le texte du 29 mars. Les producteurs soulignent un manque de liberté quant aux prises d’initiatives face à la situation dans laquelle ils se trouvent. Du côté d’Oron-la-Ville, le club de football AS-Haute-Broye s’est associé avec la cave Arc-en-Vins de Puidoux. Une de leurs créations exhibe la mascotte du club (le lion) se préparant à shooter dans une balle représentant le coronavirus. Le slogan est évocateur : Chasse la, c’est pas un vaccin, mais ça le vaud… De quoi faire frémir le laboratoire cantonal.