Un grand ami nous a quittés

Ami Desmeules ne connaissait que des amis

Vincent Desmeules et Alain  Bettex | Qui aurait pu porter le prénom d’Ami mieux que lui ? Ami Desmeules ne connaissait aucun ennemi, que des amis. Beaucoup ont en souvenir une anecdote, une réplique ou bon mot. C’était un souvenir teinté d’humour, sa bienveillance primait toujours. Membre du Conseil communal dès son plus jeune âge, président, municipal puis syndic pendant 14 ans, il s’est dévoué pour sa commune de Carrouge. Il fut une des premières pierres posées à la création du Centre médical du Jorat, un exemple dont les Américains et les Japonais se sont inspirés. Il est aussi à l’origine de l’Association intercommunale de l’établissement scolaire de Mézières, reprise par l’ASIJ. C’était avant tout un grand rassembleur qui s’ignorait. Maître agriculteur depuis 1967, très actifs dans différentes sociétés d’agriculture. Engagé à la « Suisse grêle » jusqu’au conseil d’administration. Chanteur au chœur mixte de Carrouge et l’un des fondateurs, fidèle parmi les fidèles, durant 60 ans ! Membre de nombreuses amicales, des Brigands du Jorat ou du Kiwanis Club d’Oron, il a été très engagé pour la paroisse protestante de Mézières ainsi qu’à la commission de consécration de l’église vaudoise. Tombé en politique sous la bannière PAI, il a été élu comme préfet du district d’Oron de 1984 à 1996. A sa nomination, son domaine agricole est revenu à son fils Pascal. Sa merveilleuse épouse Raymonde est décédée en 2006, désormais seul au foyer, il est resté entouré de ses 4 enfants tous mariés, ainsi que 8 petits enfants. Cette année ses forces ont progressivement diminués jusqu’à l’obliger à faire deux séjours au CHUV, en mars puis en août. Remis sur pieds, il joindra l’EMS de Praz-Joret à Mézières début octobre, satisfait de renouer avec une vie sociale qu’il aimait tant. Il nous a quittés sereinement le 7 novembre non sans avoir salué sa famille en tournant une petite vidéo. Ami le père, Ami le paysan, Ami le syndic, Ami le préfet, il aura traversé la vie en semant l’amitié, le respect, la tolérance et la bienveillance, toujours avec humour. C’est une des grandes figures marquantes du Jorat qui nous quitte. Les autorités de la commune de Jorat-Mézières, plutôt que baptiser les routes : « du Village », «d’En-Bas» ou « Cantonale », pour ne pas oublier Ami Demeules dans les générations futures, il serait judicieux de faire porter ce nom à la postérité en lui donnant un nom de rue ou de route.