Et pourtant…

Accusations, dénis, mises en examen, futurs procès, vérifications de la courbe pandémique, vérification de théories fumeuses, intolérances diverses et autres agacements, voilà ce qui occupe nos médias actuellement. Dire que les temps sont anxiogènes est un euphémisme, tant il est difficile de trouver un espace d’innocence et d’inconséquence pour une respiration salutaire. Concerts, fêtes populaires, etc. sont réduits à des « rassemblements de plus de 5 personnes » et constituent donc une menace en termes épidémiologiques et sont soumis aux règles de l’OFSP. La pandémie ne nous étouffe pas seulement physiquement si l’on est touché, elle nous étouffe pour ne pas l’attraper… La résilience est de mise. Il faut rebondir. Les artistes et organisateurs d’agapes diverses ont retroussés leurs manches et nombre de nouvelles initiatives ont vu le jour; concerts intimistes et à distance respectable, utilisation des nouvelles technologies « non-invasives », les opportunités sont nombreuses qu’il serait trop long à énumérer ici. Il existe visiblement des possibilités, mais les basiques auxquelles nous étions habitués ne sont plus les bienvenus. Les temps ont déjà changés. Dans un cadre plus prosaïque, la presse locale a vu arriver la vague avec les annulations de manifestations annuelles les unes après les autres. La substance du journal était menacée comme conséquence naturelle de sa vocation à soutenir les initiatives locales : plus d’annonces et pas plus de sujets à couvrir. Pourtant… Le Courrier est encore là, dans votre boîte aux lettres. Preuve que si les loisirs se sont quelque peu restreints, la vie du district, elle, a continué. Les conseils communaux ont besoin d’une arène romaine pour pouvoir avoir lieu, sympathique vision pour nos photographes, les engagements solidaires d’entraide ont explosé, les mérites économiques pour des entreprises locales et innovantes sont distribués et, pas des moindres, l’acte citoyen est félicité, testé et joué par les 12-16 ans. Autant de choses réjouissantes qui font la nique à l’anxiologie ambiante, autant de sujets qu’il nous plaît de vous présenter cette semaine, bonne lecture !