Se loger à Paudex !

Conseil communal du 23 mai

Claude Quartier | Se loger à Paudex, Pully, Lutry, c’est beau et hors de prix. Acheter un appartement à 15’000 francs le mètre carré, faut pas rêver, c’est impossible pour les jeunes familles. Dans l’Est lausannois où la demande est forte, on construit du luxe sur des terrains hors de prix. Résultat: il n’y a pas « d’appartements normaux pour des gens normaux » comme le constate la Municipalité de Paudex.

La séance du Conseil communal de Paudex, le 23 mai dernier, a été toute consacrée à la politique du logement de la commune. C’est peut-être un grand mot de parler de « politique du logement » pour une si petite commune, propriétaire en tout et pour tout de 12 logements. Les loyers y sont modestes, en moyenne 162 Fr./m2/an sans compter les charges. Un terrain constructible de 1528 m2 sur les Côtes St-Maire appartient aussi à la commune. Il serait possible d’y construire 17 appartements : 4 de trois pièces, 10 de quatre pièces, 3 de cinq pièces. Le tout dans la catégorie des « logements à prix abordables », non subventionnés par la commune et le canton. Les loyers mensuels maximums sans les charges pour ce type de logements seraient de 1540 francs pour les trois pièces (75 m2); 1955 francs pour les quatre pièces (90 m2); 2358 francs pour les cinq pièces (120 m2).

 Le terrain appartenant à la commune, donc ne grevant pas les coûts de construction, il serait probablement possible de réaliser un tel projet financièrement autoporteur, conditions sine qua none pour la commune qui n’a pas les possibilités de financer à perte des projets de ce type.

Probablement, car le préavis d’intention sur la politique du logement présenté par la Municipalité au Conseil ne fait encore l’objet d’aucune estimation, même grossière, du coût de cette réalisation  et de sa rentabilité au vu des locations demandées. Il s’agit dans un premier temps de tâter le pouls du Conseil pour savoir s’il faut démarrer les études pour réaliser ce projet immobilier complexe, impliquant aussi d’autres propriétaires dans la zone des Côtes St-Maire. Inutile d’investir beaucoup de temps et d’argent dans des études détaillées, si le Conseil ne fait pas globalement corps avec la Municipalité, ce qui d’ailleurs ne limite en rien ses pouvoirs. Le Conseil aura toute latitude de se prononcer sur les préavis présentés avant et en cours de réalisation.

Le Conseil a voté à l’unanimité cette « entrée en matière » en soulevant toutefois deux points sensibles dont il faudra tenir compte d’emblée:

• Le projet doit être autoporteur financièrement, intérêts et amortissements devant au moins être financés par les loyers.

• Le règlement doit être clair concernant l’attribution de ces logements, la situation financière des ayants droit et leurs liens avec Paudex devant être des critères déterminants.

Fort de l’appui du Conseil dans le cadre des limites fixées ci-dessus, la Municipalité peut mettre sur les rails ce projet immobilier.

Au chapitre des communications municipales, ont été présentés au Conseil la nouvelle secrétaire municipale Mariève Crétignier, en fonction depuis le 1er janvier de cette année et le nouvel intendant Américo Suarez.

D’autre part, les conseillers et conseillères ont été informés sur l’état du dossier « péréquation et facture sociale ». Un recours contre cette ponction fiscale qui grève les communes dites riches est pendant au Tribunal fédéral. Paudex prend une part active dans cette lutte politico-juridique dont on espère un prochain dénouement : jugement et votation en perspective.

Autre dossier de poids, celui des bus à haut niveau de service, refusé à une très large majorité par le Conseil communal. Le comité régional ad hoc a pris acte. Le projet sous sa forme actuelle est abandonné. Une fois cet échec digéré, ce qui n’est pas encore tout à fait le cas, on cherche d’autres solutions pour doter l’Est lausannois d’une desserte rapide et fiable en transports publics.