Savigny, Forel et environs – Annulation de la fête Tsalande

Amicale des Patoisants

ML | « Noël revient ! … », Oui, c’est vrai ! Noël revient mais pas la fête de Tsalande des Patoisants, programmée samedi à la salle du rez-de-chaussée du bâtiment communal de Forel. Cette année 2020, l’Amicale des Patoisants de Savigny, Forel et environs ne se réunira pas pour fêter Tsalande comme elle en avait l’habitude jusqu’ici. Pas de texte sur la « Naissance de Noûtron Sauveu », pas de message de noûtron menistro Daniel Corbaz, pas de chant de la chorale des Sansounè, pas de conte de Marie-Louise Goumaz, pas de production préparée par l’un ou l’autre membre de l’Amicale, pas de décoration, pas de bougie, pas de branche de sapin du Jorat, pas de « bonbenisse », pas de bûche de Noël … tout ça parce que « sta malapanâïe de coronavirus l’a tot fotu avau ! … » (cette saleté de coronavirus a tout foutu par terre). Mais, tout comme l’écrivait Abram Dutoit, il y a trois siècles, dans ses Rèzon … « Lâi a on tein de sè caisî et on tein de dèvesâ » (il y a un temps pour se taire et un temps pour parler). Alors, pour cette année 2020, ne nous laissons pas abattre et célébrons dans le silence et l’éloignement les uns des autres cette fête de Tsalande restée dans nos mémoires grâce aux souvenirs passés. Ne serait-ce pas l’occasion de méditer sur le côté … « présentiel » (comme ils disent aujourd’hui) de la fête et vivre ainsi différemment l’esprit de Tsalande. Tsalande nous a posé un lapin cette année 2020. Tant pis. « Dzoyâo Tsalande quand mîmo à trétotè et à trétî et … à l’an que vin ! » (Joyeux Noël à toutes et à tous et à l’année prochaine !)

Lo sapalon de Tsalande

No ne sein pas à pllieindre ! No pouein fîtâ Tsalande.

Lo pére l’è allâ chèdre on sapalon dein lo dzo, Lo grand boû de la vulpellîre.

Tota la famelye l’a volyu s’âidyî à garnî la sapalle : Dâi tsandelè, dâi guirlandè, dâi boulè et âo coutset Onn’étâila, clliâosique de Jésus.

Âo pî de la tsemenâ,  Onna reintse de solâ atteind  La vesite de San- Nicola.

Tot lo mondo l’è dzoyâo, dâi tsant, dâi poèsî …

Pu aprî la fîtâ, faut tot démontâ ; Lè boulè, lè guirlandè que sarant remisâïe âo lènâo Por l’annâïe proutsannâ.

Lo sapalon sara tsaplyâ ein mochî Et bourlâ dein la tsemenâ.

Lo pâilo sara ètsaudâ et tî lè tieu redzoyî.

Binhirâo clliâosique que pouavant fîtâ Tsalande âo tsaud !

Le petit sapin de noël

Nous ne sommes pas à plaindre ! Nous pouvons fêter Noël.

Le père est allé choisir un sapin dans la forêt, le grand bois de la Vulpillière.

Toute la famille a voulu participer à garnir l’arbre : Des bougies, des guirlandes, des boules, et au sommet, une étoile, celle de Jésus.

Au pied de la cheminée, une rangée de souliers attend la visite de Saint-Nicolas.

Tout le monde est joyeux, des chants, des poésies …

Et puis, après la fête, il faut tout démonter ; les boules et les guirlandes seront remisées au galetas pour une prochaine année.

Le petit sapin sera coupé en morceaux et brûlé dans la cheminée. La chambre sera chauffée et tous les cœurs réjouis.

Bienheureux ceux qui peuvent fêter Noël au chaud !