Rivaz – Tout va pour Rivaz

Conseil général du 26 juin à la Maison de Commune

Thomas Cramatte | Le président Michel Chevalley ouvre cette séance du Conseil général de Rivaz. La petite commune du bord du lac est la seule du district Lavaux-Oron à avoir conservé ce type de structure. La particularité de ce mode politique est de permettre un accès accéléré pour les nouveaux habitants désirant rejoindre la gestion des affaires publiques, générant ainsi une convivialité et un caractère plaisant des participants. La Maison de Commune affiche salle comble avec 43 membres et 30 conseillers, le quorum atteint, la soirée du 26 juin est officiellement ouverte. Une fois les salutations d’usage effectuées, le président procède à l’ordre du jour. 

Communications de la Municipalité

Le syndic, Jean-François Pugin, prend la parole afin de communiquer l’adaptation des festivités liées au 1er août. Celles-ci, initialement prévues à Puidoux pendant le Giron des jeunesses campagnardes, auront finalement lieu à St-Saphorin en raison de l’annulation du Giron. Restrictions fédérales obligent. Flavien Rouiller avait déposé, lors de la précédente séance (13 décembre 2019), une demande à la Municipalité pour que chaque citoyen bénéficie de subventions communales lors d’achat d’un vélo électrique. « Nous avons discuté au sein de la Municipalité et avons décidé de ne pas accorder de subside en matière de vélo électrique », communique le syndic.

Comptes communaux 2019

Le premier préavis de cette séance est relatif à la gestion des comptes communaux de l’année dernière. Le rapporteur de la commission de gestion et des finances, Gérard Chappuis, prend la parole pour lire le rapport. « Malheureusement, cette année, on constate que le bouclement d’autofinancement de la commune est déficitaire de 23’049 francs ». Par conséquent, le rapporteur souligne que la marge d’autofinancement budgétisée était de 205’900 francs, soit une amélioration de 182 francs par rapport aux prédictions. Une somme sur laquelle la commune n’a que très peu d’influence, s’agissant de la facture sociale générée par le canton. On procède alors au vote de ce préavis qui est accepté à l’unanimité.

Taux d’imposition 

Ce préavis permet d’établir l’arrêté d’imposition pour l’année future. La plus petite commune de Suisse (32 hectares) détient actuellement un taux d’imposition à 62%. La Municipalité propose au Conseil général de reconduire ce pourcentage pour l’année 2021. Toutes les mains se lèvent afin d’accepter ce préavis. 

Demande de crédit

Lors du contrôle de la voie ferrée traversant Rivaz, les CFF ont constaté des défauts pouvant nuire à la sécurité des usagers. En effet, plusieurs murs de soutènement doivent être rectifiés. La commune, propriétaire des ouvrages, est par ailleurs responsable de leur entretien, révision des joints défectueux ou entretien de la végétation proéminente. Une situation obligeant la Municipalité à transmettre un nouveau préavis au Conseil général. Le 13 décembre 2019, un crédit de 100’000 francs avait été accepté pour résoudre les divers travaux. Or, en début d’année, un autre devis indiquait un montant plus conséquent (200’000 francs) pour la réalisation des mêmes travaux. Cela a conduit les autorités municipales à effectuer un nouvel examen du devis initial. Réalisé par la société Duvoisin-Groux SA, le montant de ce dernier s’élève à 160’000 francs. « La différence de montant s’explique par une compréhension erronée de part et d’autre », explique Pascal Sturny, de la commission de gestion et des finances. Le Conseil a accepté ce préavis à l’unanimité afin de financer ces travaux, soit par la trésorerie courante, la fortune communale ou le recours à l’emprunt.

Assermentations et nominations 

Avec sa superficie de 32 hectares, Rivaz est la plus petite commune de Suisse (selon l’Office fédéral de la statistique). Ce qui ne l’empêche en rien de nommer un grand nombre de conseillers. Dominique Nitch et Adrien Bornand attestent de leur bonne volonté et de leur serment afin de rejoindre les membres actifs du Conseil général. Le rôle de secrétaire du Conseil est confié à Madame Dénériaz. Les élections statutaires dévoilent de leur côté le nouveau visage de l’assemblée. Après deux ans à ce poste, Michel Chevalley laisse son siège vacant. Philippe Dal Col reprendra la présidence du Conseil général. Les deux nouveaux vice-présidents seront, quant à eux, représentés par Titouan Briaux et Léo Ruchonnet. Le président clôt ce rendez-vous politique en informant que la prochaine séance aura à nouveau lieu dans cette salle le vendredi 11 décembre prochain.