Pully Football ouvre le football aux filles de la région dès le mois d’août !

Apprendre aux filles à jouer au foot grâce à la magie Disney

Fabien Mingard (à droite) et Daniel Brunner ont hâte d’accueillir les premières filles du programme Playmakers

Eric Moser | Dès le 31 août prochain, le club de la Rochettaz va combler un vide dans le football de notre région et lancera un projet destiné aux jeunes filles: Playmakers, un programme révolutionnaire de l’UEFA dont le but est que les filles tombent amoureuses du ballon rond.

Peu avant la reprise des différents championnats de football de la région, le sportif (surtout) dans l’âme que je suis, toujours à la recherche de sujets originaux à vous présenter s’est dit : Pourquoi ne pas présenter les équipes féminines de la région ? J’ai donc pris la liste des clubs de la région pour démarrer ce projet et de voir le(s)quel(s) contacter afin de recueillir les informations dont j’avais besoin. Chose que je ne savais pas à l’époque et qui est très rapidement devenue une évidence, c’est que, dans notre région, le football féminin est inexistant! Comment était-ce possible alors que, depuis des années, les filles tapant dans le ballon rond ont le vent en poupe et qu’une équipe romande venait de fouler les pelouses de la prestigieuse Champions league ? 

Pully Football va apprendre aux filles à jouer au foot grâce à la magie Disney

Dès le mois d’août, un club de la région, grâce à l’impulsion donnée par son nouveau président, Fabien Mingard, va combler cette lacune. En effet, le Pully Football a adhéré au programme UEFA Playmakers destiné aux jeunes filles de 5 à 8 ans. Sa particularité est qu’il est basé sur la magie de Disney. Au centre des entraînements, qui seront dispensés à la Rochettaz, se retrouveront les histoires et les personnages de Disney. Ce n’est donc pas un football basé sur « la gagne à tout prix » qui sera enseignée aux futures footballeuses en herbe, mais surtout le plaisir de pratiquer ce sport, et c’est bien là la meilleure manière d’intéresser un ou une jeune à une activité quelle qu’elle soit. Trois entraîneurs du club ont suivi une formation spécifique, dont Daniel Brunner qui sera responsable du projet (ndlr. les parents intéressés à inscrire leurs filles au programme peuvent le contacter par courriel à l’adresse brunnerdan@gmail.com) et qui a une très grande expérience du football féminin, puisqu’il a, entre autres, entrainé les sélections vaudoises féminines M12 et M13 durant plusieurs années.  

Playmakers n’est qu’un début, mais il faudra patienter un peu

Certes, le programme Playmakers est uniquement réservé aux filles de 5 à 8 ans. Cela ne veut en tout cas pas dire que les fans féminines du ballon rond plus âgées ne pourront jamais taper dans le cuir, comme nous l’apprend Fabien Mingard. « J’ai donné l’impulsion pour ouvrir une filière féminine au sein du club car, ma fille pratiquant ce sport et jouant en sélection vaudoise M13, j’ai une certaine sensibilité à ce sujet. L’objectif avec Playmakers, c’est de ne pas faire uniquement cela. D’ailleurs, dans le projet et la convention que nous avons signée avec l’ASF, l’idée est de créer, dans l’année qui suit, des FF12, c’est-à-dire pour les filles de moins de 12 ans. Puis, éventuellement des FF15 et FF 19 et, plus tard, une équipe d’actives, pour vraiment avoir une section féminine. »  

Une tâche facilitée par la création d’un nouveau terrain synthétique

Actuellement, le terrain en herbe du stade de la Rochettaz n’est plus utilisé. Il sera remplacé, au printemps prochain, par un terrain synthétique. Lorsque ce dernier sera prêt, la tâche du Pully Football sera facilitée dans la création de sa filiale féminine. En effet, actuellement, toutes les équipes pratiquent sur le terrain synthétique déjà existant, ce qui ne laisse que très peu de plages horaires disponibles à la création d’une nouvelle équipe. « Cette nouvelle surface nous permettra de développer les équipes car, avec un seul terrain éclairé et sur lequel nous devons mettre une vingtaine d’équipes, actifs, seniors et juniors, il n’y a plus vraiment de place sur le terrain pour y mettre des équipes supplémentaires. Pour Playmakers, qui se déroulera les mercredis après-midi de 16 à 17 heures, cela va encore, mais pas pour une équipe qui s’entraînerait deux fois par semaine. L’idée, lorsqu’il y aura ce terrain-là l’année prochaine, c’est que nous puissions développer des FF12, dont certaines auront peut-être fait le programme Playmakers et de développer une équipe FF15 et une équipe active ».

Le Pully Football montrera-t-il la voie à suivre ?

On l’aura compris avec la présentation du projet Playmakers du club de la Rochettaz, pour l’heure, la place manque à Pully pour créer une véritable filière féminine. Ce manque de place est peut-être un début de réponse à l’absence du foot féminin dans notre région. Mais ce n’est pas là la seule explication. En effet, cette absence pourrait venir aussi d’un manque de motivation ou de volonté des dirigeants des clubs. Avec son programme, le Pully Football pourrait donc montrer la voie à suivre, pour autant que les différents clubs de la région aient le désir d’offrir à ces dames la possibilité de fouler leurs pelouses.