Oron – Une retraite méritée pour Jean-Daniel Graz

Après plus de 30 ans au poste de greffe, où il a toujours été très pointilleux dans son travail

Gil. Colliard | Vendredi 30 juillet, Jean-Daniel Graz, repoussera pour la dernière fois la chaise contre son bureau, après plus de 30 ans passés au poste de greffe, d’abord de la commune de Palézieux puis dès la fusion en 2012, de la commune d’Oron. Un moment symbolique, empli d’émotion, pour celui qui s’est investi avec bonheur et professionnalisme dans sa fonction et qui aura été le bras droit de 6 syndics et 20 municipaux, remplissant pas moins de 11’000 pages de
procès-verbaux.

Un Palézien investi pour sa commune

Né le 21 août à Palézieux, d’où il est originaire, hormis une courte escapade à Villars, Jean-Daniel Graz est toujours resté fidèle à son village. Après avoir effectué un apprentissage d’employé de commerce à la Banque Cantonale Vaudoise à Oron-la-Ville, il a travaillé quelques années dans diverses succursales avant de prendre un poste, pendant 4 ans et demi, à l’intendance de la place d’Armes de Moudon. Le 1er novembre 1990, il a investi la fonction de greffe à Palézieux, qui était alors au concours. Son arrivée à coïncidé avec les prémices de l’informatique dans les administrations. « Les procès-verbaux se faisaient sur DOS, un exercice loin d’être facile, la première imprimante laser n’acceptait que du texte » se remémore-t-il évaluant l’évolution réalisée. De sa commune, il connaît les moindres dossiers du ménage communal. Avant que ces tâches soient cantonalisées, son travail couvrait également l’AVS, l’aide sociale et le chômage. « Greffe est un métier intéressant, varié, exigeant qui touche à tous les domaines que ce soit l’urbanisme, la construction, les assurances les RH, etc. » énumère-t-il. En 2018, il s’attaque au diplôme de cadre en administration communale qu’il obtiendra à l’issue de deux ans d’études en cours d’emploi, sortant deuxième du canton « grâce à mon poste de greffe à 100% qui m’avait offert l’opportunité de passer dans tous les domaines » ajoute-t-il modestement. 

Passer le témoin le cœur léger

En 2012, la mise en place de l’administration de la nouvelle commune d’Oron, née de la fusion de 10 communes fut une tâche exigeante et intéressante à laquelle il s’attela avec ses nouveaux collègues. « Cette fusion, pour laquelle j’étais partisan, a été une ouverture sur la région, nous sommes sortis d’une petite gestion globale. La mise en place des services avec du personnel spécialisé a simplifié le travail et rendu possible des investissements importants. Olivier Burnat, ancien greffe d’Oron-la-Ville, actuellement chef du service administratif, reprendra mon poste » souligne le futur retraité qui s’en va le cœur léger avec le sentiment d’avoir effectué sa mission « cela me fera bizarre de ne pas revenir, mais me libérera des soucis liés à cette tâche, car j’ai toujours été de caractère bileux ! »

Une retraite qui s’annonce bien remplie

Possédant plusieurs cordes à son arc, Jean-Daniel Graz, père de deux filles, est aussi une fine gâchette affiliée aux Tireurs sportifs de Palézieux, médaillé d’or au championnat vaudois, au fusil d’assaut. Epris de musique, il gratte la guitare pour son plaisir depuis six ans et fait volontiers le DJ, sur demande, dans la région. « J’aime aussi bricoler, collectionner les timbres, j’ai un circuit de trains électriques et je vais pouvoir profiter de mon temps pour faire des tours à vélo électrique, en Suisse » se réjouit-t-il. Un joli programme, pour lequel nous lui souhaitons bien du plaisir et une longue et agréable retraite.

La parole du syndic Philippe Modoux

« Jean-Daniel a toujours été très pointilleux dans son travail. C’est une qualité précieuse à ce poste. Il aime sa commune. Toujours disponible, même pendant la phase haute de la Covid, il était là, jamais malade. Il connaît son travail et s’il lui manque des informations pour un dossier, il s’empresse de les chercher. Soucieux, avec un zeste de timidité, il ne s’autorise aucune erreur. Alors que le métier devient de plus en plus compliqué, sa connaissance des dossiers, des règlements et sa mémoire ont fait quelqu’un sur qui on peut compter pour prendre une décision. Le greffe est la courroie de transmission lors des changements au sein des municipalités, il doit être passionné pour sa fonction. La bourse et le greffe sont les deux appuis du syndic. J’ai eu beaucoup de plaisir à travailler avec lui » relate Philippe Modoux ajoutant « A l’écoute de la population, il a participé à tous les Conseils communaux, prenant la température. Bon vivant aussi et jamais pressé lors de l’après-séance, c’est lui qui fermait la porte »