Opinion – Initiatives hors des réalités locales

Jean-Charles Estoppey, Médecin de famille et vigneron, 1096 Cully | Pourquoi, comme viticulteur pratiquant la viticulture biologique adaptative, je vais voter 2x NON aux initiatives populaires soumises au peuple le 13 juin prochain.

Leurs formulations sont ambiguës et imprécises

Pour ce qui concerne les 2 initiatives « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse » et « Pour une eau potable propre » : il n’y a aucune définition de ce qu’est un « pesticide ». Si on s’en tient à une définition stricte, par exemple pour la catégorie « pesticide de synthèse », tous les produits contenant du cuivre, base notamment des traitements « bio » pourraient être interdits car nécessitant obligatoirement un traitement industriel chimique. Aucun « pesticide » possible ? Des paiements directs mais la plupart du temps peu ou pas de récolte dans nos conditions climatiques.

Leurs conséquences

Elles imposeront des modes de cultures irréalistes à Lavaux : par exemple en interdisant tout produit, pourtant utilisé à des doses minimes et sans danger, visant à contrôler l’enherbement pour les petits talus des vignes en terrasses. Sauf à utiliser des débroussailleuses bruyantes et polluantes, blessant de surcroît les ceps.

Leur non-prise en compte des efforts écologiques majeurs en cours

Depuis les années 90, les viticulteurs ont énormément fait évoluer leurs pratiques avec des traitements de protection, devenus souvent « bio » avec ou sans certification, ciblés en fonction de la météo et des cycles des maladies de la vigne. Mais on diabolise sans discernement tous les produits dits de synthèse, bien que certains, comme les dérivés de l’éconazole anti-oïdium par exemple soient utilisés en médecine humaine depuis 50 ans sans aucune toxicité. Alors que le cuivre, admis par les labels « bio » à des doses élevées car seul efficace contre le mildiou dans cette pratique, est un métal lourd qui s’accumule dans les sols, les cours d’eau ou les lacs. Où est la réflexion et la logique dans cet argumentaire dogmatique anti- « produit de synthèse » ? Il faut se souvenir que la Suisse, du point de vue climatique, est très différente du sud de la France ou de l’Espagne où il ne pleut que très rarement en été. Dans ces pays, le risque de maladies de la vigne y est extrêmement réduit par rapport à nos régions, soumises aux dépressions d’ouest… Ces initiatives, hors des réalités locales, conduiront à des baisses de rendement majeures économiquement non viables et de plus une augmentation massive des importations de produits bien moins contrôlés.

Préférer le pragmatisme à l’idéologie

Les approches culturales actuelles en Suisse, très soucieuses d’écologie, ne sont que peu connues du grand public. Cette campagne est aussi l’occasion d’en informer la population. On espère ainsi éviter une véritable catastrophe qualitative et quantitative pour l’agriculture et la viticulture suisses en cas d’acceptation de ces initiatives extrêmes et trompeuses.