L’ours brun

Luc Grandsimon | L’ours brun de Syrie (Ursus arctos syriacus) est une sous-espèce de l’ours brun. Il se trouve principalement dans les régions montagneuses du Proche Orient. Ce mastodonte à pelage brun peut atteindre les deux mètres pour les mâles et 1m80 pour les femelles avec un poids respectivement de 300 et 200 kg. Au Zoo de Servion, les ours sont présents depuis son ouverture en 1974.
Tout d’abord, ce fut un couple d’ours brun d’Europe nommés Marvick et Astride. Actuellement, ce sont des ours bruns de Syrie portant les doux noms de Martin et Martine.

«Un ours mal léché»
Cette expression du XVIIe siècle était associée aux personnes un peu bougonnes, vivant recluses de la société. L’ours brun de Syrie vit lui aussi en solitaire mais lors de la saison du rut à la fin du printemps, il va se mettre en couple. Ce couple va rester ensemble plusieurs semaines.
Durant la belle saison, nous précisons l’été, car ce n’était pas évident cette année, l’ours brun de Syrie va accumuler des réserves (plusieurs dizaines de kg de graisse) en mangeant une nourriture qui se compose de baies, de végétation, de poissons et de viande.
Ces réserves vont lui servir durant sa léthargie hivernale bien au chaud dans sa tanière ou sa caverne. Une hibernation qui n’est pas complète comme la marmotte puisqu’en cas de redoux, l’ours peut aller boire ou manger.
Pour revenir à notre couple, la femelle possède une gestation à nidation différée. C’est-à-dire que ce ne sera qu’à la fin de l’automne, lors de l’hivernation, que la segmentation va reprendre. La femelle met ainsi bas dans sa tanière en janvier ou février. Elle met au monde 1 à 3 petits tous les deux ans.

Animal de l’année
«Au départ, ils se trouvaient dans des enclos sommaires au même titre que les lions, lynx et loups.
En 1976, la fosse est construite afin de leur offrir un meilleur espace. A l’époque, cette fosse est novatrice et tout à fait adaptée à la vie de ces plantigrades.
En 2010, nous inaugurons le nouveau parc des ours qui est en fait une extension de la fosse existante. Ils bénéficient ainsi d’espace herbeux, de grands bassins et de plus d’espace» raconte le directeur du zoo Roland Bulliard.
Sa longévité va jusqu’à 30 ans en captivité. Ses principaux prédateurs sont l’homme et les autres ours.
Annoncée éteint en Syrie depuis 1950, des indices de présence de cette sous-espèce d’ours brun ont été observés en 2004, sur le mont Hermon dans la région de Bloudan, près de Damas, laissant penser que subsisteraient encore des individus dans ce secteur. Durant la seconde guerre mondiale, un ours brun de Syrie nommé Wojtek était la mascotte du deuxième corps polonais.
En 2010, l’Animal Protection Project in Syria (SBANA) et le ministère de la culture syrien ont déclaré l’ours brun syrien, animal de l’année 2010.

Un poids lourd délicat
«Les ours sont de gros mammifères qui peuvent paraître lents et bourrus. Pourtant, c’est un animal qui peut être très rapide dans ses gestes, intelligent et agile.
Par exemple, il prend un soin tout particulier à peler les oranges avant de les manger. Pour manger une pomme, il la pose en équilibre sur le dos de la patte et prend morse après morse. Nous leur donnons aussi des glaces en été (12kg de fruits dans un seau que nous remplissons d’eau et que nous mettons au congélateur) qu’ils apprécient tout particulièrement» explique le directeur Roland Bulliard.