L’école et la pandémie

La Covid vue par deux élèves des établissements scolaires d’Oron-Palézieux

Qu’est-ce que la pandémie a changé pour les écoliers ?

Julia et Charline, élèves de 11e Oron-Palézieux | Avant la pandémie, en présentiel, les élèves ne faisaient pas leurs cours en ligne, mais ils interagissaient avec leurs camarades et leurs professeurs. Les écoliers étaient beaucoup mieux suivis par leurs professeurs et étaient « obligés » d’apprendre, ils avaient constamment de l’aide à leur disposition s’ils avaient des questions. Les élèves étaient aussi sans cesse notés, ce qui leur faisait subir beaucoup de stress. Les étudiants étaient aussi beaucoup plus exposés aux autres, ce qui peut parfois déboucher sur du harcèlement scolaire. Et donc notre question est : les jeunes ont-ils préféré l’école avant ou pendant la pandémie ? Les cours en ligne et moins d’évaluations, était-ce un mal ou un bien ?

Le stress 

Aujourd’hui, les jeunes sont souvent stressés. L’augmentation du stress est souvent due aux examens et aux tests, à la pression des parents et au sentiment d’être different, courant à l’école. Ceci est un problème, car lorsque le stress devient accablant et se prolonge, les risques de problèmes de santé mentale et de problèmes médicaux augmentent. Le stress, à long terme, augmente le risque de problèmes de santé, tels que l’anxiété et la dépression, les problèmes de toxicomanie, les problèmes de sommeil, la douleur et les plaintes corporelles, telles que la tension musculaire. Cela peut même déboucher sur ce qu’on appelle « la phobie scolaire ».

Et la phobie scolaire, c’est quoi ? 

La phobie scolaire est souvent liée à l’angoisse de la performance et aux attentes des parents. Elle s’exprime par des comportements problématiques et de la souffrance physique. Les enfants concernés ont souvent le sentiment de ne pas être à la hauteur de ce qu’on attend d’eux. Le danger représenté par l’école provoque alors des réactions psychiques ou psychosomatiques. En revanche, l’enfant qui souffre d’une quelconque forme de phobie scolaire cherchera à éviter les situations et les personnes qui ont un lien avec l’école. Il ne peut donc plus aller à l’école. Plusieurs causes peuvent expliquer ce comportement : la phobie scolaire provient souvent de la peur d’avoir de mauvaises notes et du sentiment d’échec qui y est associé. Dans un tel cas, on parle également de peur des examens. La phobie scolaire se manifeste généralement lorsque les attentes des parents et des proches vis-à-vis de l’enfant sont démesurées ou si les enfants ont une forte tendance à se comparer à des camarades de classe ou des frères et sœurs plus doués qu’eux ou qu’ils croient plus doués qu’eux. Et donc, l’école en présentiel apporte beaucoup de stress pour les étudiants. Une autre cause fréquente de phobie scolaire est que les élèves peuvent aussi subir du harcèlement, être confrontés à des difficultés vis-à-vis de leurs camarades. Mais l’école en présentiel offre aussi plusieurs avantages : l’école en classe permet de se socialiser, de se faire des amis et d’avoir une vie en dehors de la maison.

Effets négatifs de « l’école à distance »

Bien qu’elle soit avant tout un lieu d’éducation, l’école est également le centre de la vie sociale de nombreux adolescents. L’école offre aux adolescents et aux jeunes adultes l’occasion de se créer des amis. C’est une occasion pour eux de se découvrir en groupe et de s’exprimer. Cependant, avec le passage des écoles et des collèges en forme virtuelle, les adolescents peuvent se sentir seuls, démotivés ou découragés, sans interactions sociales régulières. De nombreuses études ont montré que l’isolement social peut entrainer des taux plus élevés de résultats négatifs pour la santé mentale et physique des individus, d’autres études ont montré que les interactions en face à face peuvent aider à réduire la dépression et l’anxiété. Moins d’interaction sociale peut augmenter les sentiments d’anxiété et de pression. Par exemple, les adolescents peuvent s’inquiéter des changements de leurs amitiés à la suite d’un isolement prolongé. Les jeunes pouvaient aussi être victimes de solitude, par exemple, si leurs parents travaillaient à l’extérieur. Pour certains élèves, le fait d’être à la maison entourés de leur famille peut les déstabiliser car pas tous les milieux familiaux ne sont « sains ». Comme, par exemple, des parents peuvent être alcooliques, violents, ou ils peuvent aussi mettre trop de pression, etc… Dans ce cas, l’école à la maison est un fléau. Les élèves doivent aussi apprendre à utiliser leurs outils numériques ce qui n’est vraiment pas facile surtout que toutes les familles ne détiennent pas forcément un ordinateur ou autre.

L’école pendant la pandémie 

L’impact de l’apprentissage en ligne sur la santé mentale a affecté beaucoup d’étudiants, des jeunes enfants aux jeunes adultes, en passant par les enseignants et les professeurs. Pour de nombreux étudiants, les cours virtuels peuvent aggraver les troubles de santé mentale existants. Pour d’autres, l’impact de la pandémie et de l’apprentissage en ligne peut déclencher de nouveaux changements dans la santé mentale et l’humeur. 

Mais est-ce que l’apprentissage en ligne offre des avantages ? 

Bien que les cours virtuels puissent avoir un impact négatif sur la santé mentale d’un adolescent, il y a encore des avantages positifs. Pour certains étudiants, le fait d’être à la maison et autour de leur famille, particulièrement pendant la pandémie du Covid 19, peut offrir un sentiment de sécurité et de réconfort. Pour ces élèves, leur maison peut devenir un environnement d’apprentissage sûr ou ils se sentent plus productifs. L’école à la maison a pu leur offrir le fait de se débrouiller seuls, de devenir plus autonomes. Ils avaient aussi la chance d’être « maîtres » de leurs horaires, temps libre et temps d’études. Ils ont eu aussi l’occasion de pouvoir s’améliorer au niveau informatique. Les élèves étaient aussi beaucoup moins stressés, en n’ayant plus du tout de tests. Par ailleurs, bien que l’école soit un lieu où les adolescents peuvent socialiser et former des amitiés, toutes les interactions sociales ne sont malheureusement pas positives. Les élèves peuvent devenir victimes d’intimidation à l’école. Pour ces étudiants, l’apprentissage virtuel permet d’échapper à la dépression et à l’anxiété causée par la peur d’être harcelés. Pour d’autres étudiants, les classes virtuelles peuvent également permettre d’échapper au poids constant de la pression des professeurs et des camarades.

Mieux à l’école 

En résumé, après les sondages, nous en avons conclu que l’école « normale » était beaucoup mieux que l’école à distance. Bien sûr, elle a des défauts, mais pas autant que l’école en ligne. L’école en présentiel offre beaucoup plus de choses intéressantes pour les jeunes, et oui, même si les examens, évaluations, etc. sont très stressants, ils sont tout de même importants pour notre éducation, c’est cela qui nous pousse à étudier et apprendre. Allez, soyons courageux. Ce n’est qu’une petite partie de notre vie, profitons, après nous n’aurons plus autant de vacances !                                                                                                                     

Sondage

Et donc, nous avons décidé de faire passer un sondage à plusieurs élèves de l’établissement d’Oron afin de connaitre directement leur avis.

1.  Avez-vous rencontré des difficultés à étudier durant la pandémie ?
38% des élèves ont répondu que oui, ils avaient rencontré des difficultés à apprendre durant l’école
à distance. Nous leur avons demandé quelles difficultés spécialement. La compréhension est ressortie plusieurs fois, les élèves avaient souvent du mal à comprendre les consignes, ce qu’ils devaient faire, comment les sites internet fonctionnaient etc… Et aussi, le fait de se concentrer à la maison sur les études était compliqué.

2.  Avez-vous préféré l’école en ligne ou normale ?
54% des élèves ont préféré l’école normale, en présentiel. Les jeunes avaient besoin d’être en contact
avec leurs amis, et d’être encadrés au niveau des études.

3.  Avez vous l’impression d’avoir « réussi » à étudier pendant la pandémie ?
66% des élèves ont répondu non. Ils ont eu beaucoup de peine à suivre les cours, à apprendre de nouvelles choses et à se motiver.