Le jardin potager d’une paysanne

Gérard Bourquenoud  | Cette image, qui date des années 1940 à 50, exprime le courage et la volonté d’une paysanne à produire ses propres légumes destinés à sa table familiale. A cette époque, il n’existait pas d’outils sophistiqués comme aujourd’hui à retourner la terre, la rendre plus maniable pour épandre la semence des plantes, légumes, voire même des fleurs destinées à embellir l’appartement et la maison paysanne. Cette responsabilité incombait à la ménagère qui s’affairait, avec un certain plaisir, à tout tenter pour rendre son jardin productif, même si parfois la météo n’est pas complice. La tâche n’était pas toujours facile, vu que le travail se faisait tout à la main. Chaque centimètre du jardin, amoureusement soigné, ne représentait pas seulement un lien avec la terre, mais les légumes qu’on y cultivait contribuait au revenu économique familial. Avec l’arrivée du printemps et un soleil bienfaisant, le jardin s’enrichit de produits alimentaires qui, au quotidien, font vibrer les papilles gustatives de la famille paysanne, ce qui se traduit par une récompense du travail accompli. C’est là que s’affirment l’amour de la terre, même si à l’heure actuelle, bon nombre de jardins à la campagne comme à la montagne, ont quelque peu perdu leur convoitise.