Jorat – Pas une ballade au début, mais deux balades à la fin…

Cela a abouti à une idée originale, sous forme de deux balades joratoises

Rosane Schlup | La traditionnelle fête des écoles, qui clôture en principe la fin de l’année scolaire pour les classes de 1P à 6P de l’EPS du Jorat, n’a pas pu avoir lieu et ce, en raison des mesures sanitaires encore en vigueur. C’est donc autour d’un autre projet proposé, que l’ensemble des quarante-cinq classes concernées a planché. Cela a abouti à une idée originale, colorée et inventive, à vivre par tous, sous forme de deux balades joratoises.

Echauffement

Chaque classe a concocté et réalisé sur un panneau de bois, une énigme à sa façon. Les thèmes et les techniques utilisés sont riches, variés et multiples. Les énigmes ont été placées à distances variables, sur des poteaux, le long de deux circuits pédestres distincts. Elles sont en place depuis le 21 juin, doivent et devront tenir la route jusqu’au 31 juillet à midi. Ce n’est pas tant d’un point de vue logique que le problème se pose. De ce point de vue, pas de souci, une lettre réponse correcte se cache toujours parmi les propositions suggérées dans chaque énigme. Les promeneurs joueurs ont pour mission de décoder une phrase mystère, tout en sachant qu’il faut compter deux bonnes heures pour réaliser chaque parcours avant d’accéder à la lettre finale. C’est plutôt d’un point de vue météorologique qu’il faut veiller au grain et s’assurer que chaque « poste » tient le coup, d’autant plus en ce début d’été si particulier.

Maîtrise de l’endurance

C’est le long de deux circuits distincts praticables pour chacun, que cela soit à pied, à vélo, avec des poussettes que les panneaux ont été placés. L’un des deux circuits couvre une distance d’un peu plus de 6 kilomètres et correspond dans les grandes lignes au circuit n° 5 de la brochure de « Circul’Action ». Il emmène les promeneurs autour de Mézières, Ferlens et Servion pour découvrir les réalisations des 26 classes de Mézières, Servion, Vulliens, Vucherens, Ropraz et Carrouge. L’autre est, quant à lui, un tout petit peu plus court. Il a été concocté de toutes pièces, sans s’appuyer sur un circuit existant. Il couvre une distance d’un peu moins de 6 kilomètres. Il emmène les randonneurs autour de Savigny pour découvrir en plus de la campagne et de la vue, les réalisations des 19 classes de Savigny et de Forel. Dans les deux cas, une carte topographique et une marche à suivre descriptive permettent de suivre aisément les parcours proposés. Ce qui a été privilégié avant tout, c’était la faisabilité et les distances de sécurité dans les parcours. Il reste toutefois des axes routiers à traverser, raison pour laquelle les enfants sont sous la responsabilité des parents. Toutes les informations pratiques sont consultables sur le site eps du jorat (www.ecolesdujorat.ch)

Maîtrise de la force

Sans la collaboration et le soutien des enseignants, des élèves, de la direction des écoles, des autorités communales concernées, à savoir celles de Savigny, Servion et Jorat-Mézières, ce projet n’aurait pas pu aboutir. Il a fallu obtenir au préalable des autorisations diverses pour pouvoir implanter les panneaux sur les territoires communaux. Les communes ont même gentiment mis à disposition un employé communal pour aider à les planter. Il a fallu aussi faire attention à ne pas placer les panneaux sur les terrains privés. Les coordonnées GPS se sont avérées bien utiles dans ce cas pour vérifier les limites exactes avant les coups de maillet décisifs.

Maîtrise de la souplesse

C’est grâce à cette étroite collaboration entre école et communes, individus et collectivité, grâce aussi à l’engouement que ce projet a suscité auprès de tous, que le public peut aller se balader. Au vu des personnes croisées qui cheminent sur les circuits par tous les temps, que ce soit des familles, des connaissances, des associations, des curieux, l’impact auprès des gens est évident. Chacun peut cheminer à son rythme, selon son envie et même plusieurs fois. C’est une belle marque de reconnaissance qui fait chaud au cœur à tous, spécialement après cette longue période de repli sur soi. Faire du lien entre les familles, entre les gens, entre les générations, c’est un beau cadeau pour marquer une fin d’année scolaire. Une jolie aventure portée à bout de bras pour une mise en jambes, par – entre autres – une infatigable qui se reconnaîtra. Deux balades à la fin, c’est plus entraînant qu’une ballade au début…