Jeunesse de Savigny, « La Gaité du Jorat »

NOUVELLE SéRIE – Les Jeunesses de Lavaux-Oron

Le Courrier part à la rencontre des sociétés de jeunesse de notre région. Désormais, une fois par mois, loin des idées reçues, votre journal vous présentera l’une d’entre-elles. Toutes contribuent, chacune à sa manière, à la vie des communes où elles sont ancrées, parfois depuis des lustres ; toutes offrent un lieu de rencontres, de convivialité, d’échanges, ainsi que des activités, dans une bonne humeur partagée. Elles constituent ainsi une maille précieuse du tissu social local. Pour le premier épisode de cette nouvelle série, cap sur Savigny ! 

Les sourires de «La Gaité du Jorat» – Photo © Jeunesse Savigny

GEORGES POP  |  Premier constat : « La Gaité du Jorat » porte bien son nom, tant l’accueil est chaleureux et souriant. Le vaste local, mis gracieusement par la commune à la disposition du groupe dans les sous-sols du collège, est encombré de décorations, de coupes, de photos, de cartons et d’objets hétéroclites. Autour de la grande table qui occupe le centre d’une des deux pièces, sur laquelle quelques verres ont été disposés autour d’une bouteille de soda, sont assises cinq filles. Elles entourent… un seul garçon ! A 25 ans, Julien, agriculteur de son état, est le président de la Jeunesse de Savigny. Il rigole doucement en observant mon étonnement.

Où sont passés les garçons ?

La secrétaire, Axelle, 23 ans, travaille dans le secteur du tourisme. C’est elle qui, amusée, prend les devants pour exposer la situation : « Actuellement, nous sommes majoritairement des filles. Sur les treize membres actifs que compte notre jeunesse, dix sont des filles (ndlr. la société compte aussi cinq membres passifs). Mais cela s’explique ! En 2019, nous étions une bonne vingtaine avec un bon nombre de garçons. Mais il a fallu beaucoup travailler et s’impliquer dans l’organisation du 100e anniversaire de la Fédération vaudoise des Jeunesses campagnardes qui a eu lieu ici, à Savigny. Après ces grandes manifestations, toutes les associations constatent des départs. C’est normal ! ».

Bref, « La Gaité du Jorat » serait heureuse de recruter de nouveaux membres. Récemment, Oriane, Olivia et Célia, apprenties, toutes trois âgées de 17 ans, ont rejoint les rangs de la société. Elles sont présentes ce soir, un peu timides, pour étoffer les rangs de la petite équipe qui m’accueille. Alors, sympa la Jeunesse ? « Oui, oui, très sympa », répondent-t-elles en chœur, un peu gênées apparemment par ma présence et mon sourire vaguement inquisiteur. Léane, 21 ans, la caissière de la société, active dans le domaine social et l’enfance, vole à leur secours : « Oui ! On se retrouve régulièrement pour passer des bons moments ensemble. C’est toujours très joyeux ».

La remorque qui sert de dortoir aux jeunesses prudentes

Une « roulotte-home »

La Jeunesse de Savigny est peut-être un peu réduite en effectifs, ses membres n’en sont pas moins très actifs et ne manquent pas de projets. Au nombre de leurs récentes réalisations, on peut relever la spectaculaire transformation d’une remorque de poids-lourd en « roulotte-home », capable d’accueillir une dizaine d’hôtes pour la nuit. « Nous la déplaçons dans les villages où nous sommes invités, là où des fêtes sont organisées, pour éviter de devoir rentrer quand nous sommes trop fatigués… Ou, pour certains, un peu éméchés (rires) », explique Axelle. Elle précise : « Sinon, elle est posée dans un hangar ».

Un tournoi de « Bière-pong »

Parmi les activités régulières de la société, qui aident à remplir ses caisses, figurent, en hiver, la traditionnelle sortie à ski, ainsi que la non moins traditionnelle « Soirée fondue » et, à la belle saison, la tenue de stands lors des manifestations villageoises. « A propos, vous pouvez signaler que le 23 septembre prochain, nous organiserons un tournoi de bière-pong par équipes », annonce Axelle. Hein ? Un tournoi de quoi ? « De bière-pong ! C’est un jeu qui consiste à lancer une balle de ping-pong pour la faire atterrir dans une pyramide de verres posée sur une table. Si la balle arrive dans un verre, la bière qui y est contenue doit être bue et le verre est retiré. L’équipe gagnante est celle qui réussit à éliminer tous les verres de l’équipe adverse. Il faut juste préciser que dans nos verres, il y aura de l’eau (rires) ».

Faut-il nécessairement habiter Savigny pour entrer dans « La Gaité du Jorat ». « Non ce n’est pas obligatoire. La société est ouverte aux jeunes filles et garçons jusqu’à 35 ans. Mais un mariage met fin à l’adhésion », précise Axelle. Ah ! Et le concubinage ? « Rien n’est prévu dans nos statuts pour les concubins (rires) ». Une dernière question à Julien : ça se passe bien pour vous avec les filles ? « Oui ! Très très bien. Je n’ai vraiment pas de quoi me plaindre (rires) ».