Grandvaux – Stephan Eicher sur un radeau musical à Lavaux

Si le vignoble naturel a fait office de phase de test du 20 au 22 mai, le public a néanmoins été conquis

Thomas Cramatte | Trois jours après avoir reçu le Grand Prix suisse de musique, l’artiste bernois est venu tester son nouveau projet au Domaine Wannaz à Chenaux. « Le radeau des inutiles » est une scène itinérante permettant aux musiciens de renouer avec leur public après de longs mois d’absence.

Entre les chants d’hirondelles et les passages nuageux, Stephan Eicher a dévoilé son nouveau projet à Grandvaux

Cinquante personnes, ni plus ni moins, voilà l’état actuel des mesures sanitaires. S’il n’est pas facile pour les organisateurs de concerts d’ajuster leurs shows à ces restrictions, les artistes apportent de nouveaux concepts pour défier la distanciation. « La rencontre avec le public nous manque et le public, lui, manque de concert. Alors soyons courageux ensemble et faisons que ça arrive », décrit le projet de Stephan Eicher. Accompagné de Simon et Simon, respectivement batteur et bassiste, le musicien a poussé son radeau jusqu’au domaine Wannaz. Si le vignoble naturel a fait office de phase de test du 20 au 22 mai, le public a néanmoins été conquis. Car malgré le port du masque et la nécessité de rester assis durant toute la durée du concert, les sourires sont bel et bien là. « On s’est dit qu’il n’était plus possible de rester passifs pour plein de raisons. On trouve que c’est chouette d’être ensemble et de vivre quelque chose au même moment dans la réalité, et non en streaming », commente Stephan Eicher avant de débuter le deuxième titre de la soirée. « Le radeau des inutiles » diffère du schéma conventionnel d’un concert. Plus intimiste, plus familial, voir même amical, le but de cette scène ambulante est de ne faire qu’un entre public et musiciens. Mais en plus de la réalisation de ce projet, il y a la victoire récente de Stephan Eicher au Grand Prix suisse de la musique lundi 16 mai : « Quand je suis joyeux, je peux dépenser la récompense d’un prix de musique et la claquer dans l’après-midi en achetant un radeau », rigole le sexagénaire. Après ces trois jours à Lavaux, le « Radeau des inutiles » prend le large en direction de Berne, Sion, Lyon, Rouen, La Rochelle, etc.

Approche musicale

Du point de vue musical, Stephan Eicher est également en adéquation avec le concept du radeau. En bande réduite par rapport aux prestations live habituelles, les trois musiciens jouent de manière plus intime. A tel point, que l’on pourrait croire que le public participe à une répétition. Sonorités folk, avec un penchant pour la country de Johnny Cash, les titres joués sont connus du répertoire de l’artiste helvète. Leur interprétation navigue également entre jazz, pop, voir même blues avec le guitariste-bassiste Simon Gerber, autrefois aux côtés de Sophie Hunger. Stephan Eicher et Simon Gerber s’amusent à la contacter par téléphone en direct. Il en découlera une séance d’improvisation musicale en suisse allemand pour excuser un quiproquo entre le chanteur et la compositrice bernoise. Trêve de plaisanteries, Stephan Eicher joue avec son public, il le questionne même, tout en parlant du bonheur de voir arriver les hirondelles, de sa rencontre avec Claude Nougaro à l’Olympia et de l’impact d’une fameuse salle de concert lausannoise sur sa carrière, la Dolce Vita. « Je faisais les vins pour Dolce Vita, c’est là-bas que nous nous sommes rencontrés », témoigne Gilles Wannaz, propriétaire du Domaine de Chenaux. Devenus amis depuis, Stephan Eicher et Gilles Wannaz se retrouvent régulièrement pour allier les plaisirs de la musique avec ceux de la gastronomie. Le vigneron réalise même, de temps en temps, une partie de la mise en scène des spectacles du chanteur. Des décors qui s’observent également à Chenaux, car hormis la scène transformée en radeau, le mobilier a été construit spécialement pour l’occasion. « Ce sont des bancs Covid, quatre places », précise Gilles Wannaz avant d’ajouter l’importance de la vigne sur cet événement. « J’ai amené mon univers et la rhétorique de la vigne ». Les consommations n’étant pas autorisées pendant le concert, cela n’a pas empêché les organisateurs d’apporter une touche de convivialité supplémentaire. Chaque spectateur s’est vu remettre un coffret contenant du pain, du saucisson et du fromage. Un pique-nique bienvenu, tout comme le retour des événements musicaux.