Forel (Lavaux) – Chicca-Chicca, jument d’élevage récompensée par un titre national

Ce demi-sang suisse a répondu aux nombreux critères de la Fédération

Roger Cordey entouré de ses filles Laurianne Noble et Isabelle Viret. Sans oublier leur jument Chicca-Chicca d’Albin

Thomas Cramatte | L’édition 2020 du concours de juments de sélection à Avenches est un bon cru pour le district Lavaux-Oron. Malgré les restrictions sanitaires et l’installation de nombreux gels hydroalcooliques, la manifestation équestre s’est déroulée comme à l’accoutumée. L’occasion pour les 300 spectateurs présents les 19 et 20 septembre d’en prendre plein les yeux.  

Concours de juments 

Chicca-Chicca d’Albin portant le titre
de jument de sélection

Seule primée dans le canton de Vaud, la jument Chicca-Chicca d’Albin a remporté le titre de jument de sélection en séduisant les juges par son élégance et son charisme. Inscrite dans la catégorie trois ans, ce demi-sang suisse a répondu aux nombreux critères de la Fédération d’élevage du cheval de sport. « C’est un honneur que cette jument soit primée pour sa qualité d’élevage», explique avec émotion sa propriétaire, Isabelle Viret. Fille de Roger Cordey, Isabelle s’est occupée du débourrage de Chicca-Chicca. Une action consistant à enseigner les rudiments du dressage (travail de monte) de la naissance à l’âge adulte. En course avec 60 autres juments, Chicca-Chicca a réalisé plusieurs épreuves avant d’être sélectionnée pour la finale. « La compétition débute avec un test en terrain consistant à présenter les chevaux sous toutes leurs coutures ». Une fois cette première analyse de conformité effectuée, les juments se qualifient pour la suite du concours. A savoir une épreuve de sauts en liberté suivie d’une prestation avec cavalier, où les équidés sont présentés à différentes allures : pas, trot et galop. Uniquement trois juments romandes (une vaudoise et deux jurassiennes) ont été complimentées par le jury et ont ramené la plaque de la victoire dans cette catégorie. «L’émotion était forte lorsque nous avons entendu le nom de Chicca-Chicca au micro. Cette récompense nous honore et honore notre travail», nous explique Roger Cordey.

Histoire de famille

« Avec ma sœur Laurianne, nous avons appris à monter à cheval à l’âge de dix ans sans jamais réellement en descendre ». Chez les Cordey, l’équitation est une histoire de famille. En effet, la création de cette écurie remonte aux grands-parents de Roger Cordey. « J’ai réalisé un brevet avant de poursuivre par une licence en sauts », raconte Isabelle Viret, propriétaire de Chicca-Chicca. Repris depuis le 1er janvier 2019 par Laurianne Noble, l’écurie forelloise possède en moyenne 25 têtes. « Il est né pas loin d’une centaine de poulains sur le domaine ». Qu’il s’agisse de pensionnaires ou de chevaux appartenant à la famille Cordey, les équidés profitent de paître dans le confort et l’amour transmis par ces amoureux de l’équitation.