Fermeture d’esprit

Christiane Bonder  |  Parmi les guerres qui ont jalonné l’histoire, ce sont hélas les guerres de religion qui sont majoritaires. Elles n’auront pas suffi, pourtant, à nous faire entendre raison: chacun persiste à glorifier son église, son clocher, son coq, sa croix, son croissant et surtout son Dieu, le seul qui détienne la vérité. Sachant que dans le mot «religion» on retrouve le sens de «lier» et «relier», il faut admettre que, pratiquées de cette manière, les religions seraient plutôt propres à diviser…

Lorsque, méchamment endoctrinés, des hommes choisissent de semer le mal pour prouver leur supériorité, nous sommes en pleine incohérence, dans les eaux troubles de l’ignorance… Ainsi procèdent les nouveaux terroristes qui agissent par surprise dans les lieux publics, des manifestations où ils sont certains de faire un grand nombre de victimes. Celui qui sacrifie sa vie en faisant sauter les explosifs dissimulés sous ses vêtements suit simplement la voie d’un paradis promis, comme une carotte au bout de son nez.

Dans l’Eglise catholique, il y a peu, un pratiquant qui choisissait le divorce était radié de son Eglise. Pour ce qui est de la fermeture d’esprit, les exemples religieux seraient encore foison.

Krishnamurti, un sage hindou qui a toujours refusé d’être un maître mais une simple personne à l’écoute de son prochain, disait clairement ceci: «Tant que nous n’accepterons pas l’autre avec ses différences, il n’y aura jamais de paix sur la planète…»