Evolution et impacts du coronavirus

Suppression des manifestations locales de plus de 1000 personnes

Thomas Cramatte, 1er mars 2020 | Vendredi 28 février, le Conseil fédéral a pris la décision d’interdire toutes manifestations de plus de 1000 personnes. Avec effet immédiat et au moins jusqu’au 15 mars, cette nouvelle directive a pour but de calmer la propagation du coronavirus SARS-CoV-2 (agent de la maladie COVID-19). Nombreuses sont les manifestations impactées par cette situation.

Interdiction des grandes manifestations

La loi suisse sur les épidémies distingue trois degrés de gravité selon les situations: normal, particulier et extraordinaire. Au vu du contexte actuel, le Conseil fédéral a décidé de déclarer la situation particulière et ainsi d’interdire tout rassemblement de plus de 1000 personnes. Conscient que cette décision implique de lourdes conséquences, le Conseil fédéral rappelle qu’il s’agit avant tout de protéger la population suisse et d’endiguer la propagation du virus SARS-CoV-2. Dans notre édition du 13 février dernier, le professeur Gilbert Greub, directeur de l’Institut de microbiologie du CHUV à l’Université de Lausanne, ainsi que son homologue, le docteur cantonal Karim Boubaker, apportaient des précisions quant à ce nouveau coronavirus. Ils rappelaient alors que la propagation du virus était uniquement possible entre individus se trouvant à une distance inférieure de 2 mètres et ce pendant 15 minutes au moins. Les virus ARN (acide ribonucléique) comme le SARS-CoV-2 sont transmissibles par les sécrétions nasales et la salive. Dès lors, la Confédération et les spécialistes rappellent qu’il est important de respecter les consignes d’hygiène de base, à savoir : « le lavage des mains, tousser dans le creux du coude, l’utilisation d’un mouchoir lors de toux, etc. », nous informait le médecin cantonal, Karim Boubaker.

Impact sur les manifestations

Le 90e Salon de l’auto qui devait se tenir du 5 au 15 mars à Genève n’ouvrira pas ses portes comme prévu. Après deux matches à huis clos vendredi et samedi, Denis Vaucher a précisé ce lundi : « Tous les matches de National League et de Swiss League sont suspendus jusqu’au 15 mars ». Une nouvelle prise de décision au 13 mars. Suspension pour le foot jusqu’au 23 mars. Dans le district Lavaux-Oron, le comité d’organisation de la soirée Mad Village se voit contraint d’annuler l’événement du 7 mars prochain à Oron-la-Ville. La soirée est repoussée au 12 septembre. La grève de la femme se tiendra à Lausanne le dimanche 8 mars. Le collectif a toutefois changé son programme « Le 8 mars n’est pas annulé, simplement nos actions ont été adaptées à la nouvelle situation, en tenant compte des précautions vis-à-vis du coronavirus ! » et vous invite à consulter la page facebook : Grève des femmes/Grève féministe – Vaud. Le Cully Jazz reste attentif quant à l’évolution de la situation. La manifestation musicale devrait bien se dérouler du 27 mars au 4 avril. Cependant, les organisateurs suivent de près les futures directives à venir. En ce qui concerne les manifestations de moins de 1000 personnes, le site de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) précise que les cantons ont un pouvoir décisionnel quant au maintien ou non de ces rassemblements sur leur territoire. Béatrice Métraux, conseillère d’Etat en charge des institutions et de la sécurité, indiquait au quotidien 24Heures vendredi 28 février qu’une liste de ces manifestations est sur le point d’être consolidée par le canton et les communes avant d’être rendue publique.

Qu’en est-il des lieux publics ?

Actuellement, l’OFSP n’impose aucune restriction concernant les lieux rassemblant de nombreuses personnes (écoles, supermarchés, cinémas, universités). En effet, les conditions sont différentes: les rencontres sont brèves et ces lieux ne contiennent pas plus de 1000 personnes à la fois. Dans les espaces confinés, comme les trains et les transports publics, les personnes séjournent souvent pour une durée supérieure à 15 minutes. Cependant, malgré la proximité que l’on peut observer, il est possible de se déplacer et un compartiment ne contient pas plus de 1000 personnes. Par ailleurs, un individu présentant des symptômes serait facilement identifiable.

Dépistage

Afin d’identifier les chaînes de transmission, un test de dépistage est utilisé pour tout cas suspect, c’est-à-dire une personne symptomatique ayant séjourné dans un des pays où la chaîne de transmission n’est plus contrôlée (dont la Chine et le Nord de l’Italie). En pratique, un échantillon nasopharyngé est prélevé et acheminé au laboratoire de microbiologie du CHUV. Au laboratoire, après l’inactivation et l’extraction des acides nucléiques du virus (ARN viral), une technique combinant (i) une rétro-transcription de l’ARN viral en ADN, puis (ii) une amplification de cet ADN permet de produire d’importantes quantités de copies des gènes de ce virus, même lorsqu’une très faible quantité de virus est initialement présente dans le prélèvement. Grâce à des molécules fluorescentes qui s’accumulent avec chaque copie d’acides nucléiques, la présence du virus sera rendue visible. Le fait de cibler trois gènes différents permet la détection du virus, même si l’un des gènes venait à muter. Comme le souligne le professeur Greub, directeur des laboratoires de microbiologie diagnostique au CHUV, « ce test est disponible depuis le 14 février sur notre plateforme de diagnostic moléculaire, ce qui permet de répondre à la demande actuelle par un test diagnostic sensible et fiable. Cette plateforme automatisée permettra d’accroître de manière significative le nombre de tests effectués par jour, si cela s’avérait nécessaire. Ce test de dépistage du virus SARS-CoV-2 est actuellement disponible 7 jours sur 7, du lundi au vendredi à 8h, 11h et 17h, ainsi que le samedi et le dimanche à 8h et 16h. Ce test permet de rassurer nombre de patients en 4 heures. »

Le canton et la Confédération se veulent rassurant

Dans le canton de Vaud, 122 personnes ont été testées à ce jour (28 février). Seule l’une d’entre elles présentait officiellement les traces du virus. Il s’agit d’un homme de 49 ans domicilié en France voisine. Le conseiller fédéral en charge de la santé Alain Berset se veut rassurant. « Nous avons encore connaissance des gênes de l’infection, cette nouvelle directive est le meilleur moyen de contenir la maladie dans notre pays », exprimait Alain Berset lors de son passage au 19h30 du 28 février dernier. Pour le professeur Greub, également spécialiste en maladies infectieuses, il est important de rappeler que « la maladie se présente le plus souvent sous la forme de rhume et de toux, avec ou sans fièvre, et que ce n’est que dans de rares cas que l’infection peut entraîner une atteinte sévère des poumons, en particulier chez les personnes âgées ou les personnes ayant une pathologie préexistante, comme une immunosuppression, une maladie respiratoire, du diabète ou une affection cardiaque ; pour une raison pour l’instant inconnue, les enfants ne présentent apparemment pas de forme sévère ».

www.vd.ch – Pour plus d’informations, la liste des manifestations interdites selon décision du Conseil fédéral a été mise à jour lundi 2 mars. On y retrouve également toutes les permanences téléphoniques