En route vers Promasens

Martine Thonney et Philippe Corset | De la cure de Montpreveyres au village susmentionné, il a choisi de faire une halte à Vulliens, histoire de prendre congé des paroissiens et de franchir la frontière cantonale (et confessionnelle?) en douceur! Qui est-il ce personnage dont il est question ici? C’est le pasteur Yves Paris qui célébrait son culte d’adieu en tant que titulaire de la paroisse du Jorat. Ce dimanche 29 juin, il a choisi Vulliens et sa grande salle, puisque le soleil ce matin-là boudait. Les participants, venus des 9 communes qui forment la paroisse, se sont donné rendez-vous pour un culte présidé par nos trois pasteurs du moment. Yves Paris a rappelé qu’au début d’octobre 2006, son épouse et lui-même arrivaient à Montpreveyres. Ils s’y sont vite plu, s’impliquant dans la vie villageoise et dans le ministère. Il a dit son attachement au Jorat, terre de fidélité et de confiance partagées. Il a évoqué le souvenir de sa femme décédée trop vite il y a juste 10 mois. En pensant à leur retraite, les Paris avaient acheté un coin de terrain sur lequel se dresse maintenant une maison. Yves va bientôt y déménager tout en gardant une année encore un poste de pasteur à Lucens-Curtilles.
Au cours d’une sympathique partie officielle, on a pu remercier aussi Bernard Russier, pasteur remplaçant dont le mandat prenait fin ce dimanche. Pour le suivi de la paroisse pendant l’été, on peut compter sur Hugo Baier et il en a été aussi chaleureusement remercié. Les participants ont su apprécier ensuite les propos de la présidente du Conseil de paroisse, de la représentante du Conseil régional, de deux catéchètes et du syndic de Montpreveyres. Chacun à sa manière a relevé les qualités de M. Paris et lui a souhaité le meilleur pour la suite. Le verre de l’amitié offert par la commune a été suivi d’un pique-nique tiré des sacs, signe  tangible de convivialité et de partage. Les restes du pique-nique rentrés dans les sacs, place est faite à un jeu de piste préparé par les pasteurs Russier et Baier et animé par quelques JAC (Jeunes Accompagnants de Catéchisme). Les plus adroits d’entre nous purent se mesurer au tir à la carabine, à la noce à Thomas ainsi qu’aux quilles. D’autres enfin ont révisé leur géographie romande en associant les noms de plusieurs communes à l’histoire du Taguenet. Après les rangements incontournables de la grande salle, il était prévu une petite célébration à la chapelle de Vulliens, mais comme chacun avait déjà regagné son chez soi, la prière, mais n’est-ce pas la plus belle, s’est résumée par un tout grand Merci.