Des balcons du Léman à la mine

Gil. Colliard | Jeudi 29 janvier, la société des Paysannes de Puidoux nous convie à une soirée découverte à 20h à la grande salle de Puidoux-Village. Pour cette édition, le choix s’est porté sur le magnifique documentaire traitant de la vie des mineurs en Bolivie, réalisé par Jean-Claude Wicky, photographe jurassien, qui dialoguera avec le public après la projection de son œuvre.

Bouleversé par la vie de mineurs
Jean-Claude Wicky est né en 1946 à Moutier. De 1969 à 1975, il voyage autour du monde et fait ses débuts en photographie lors d’un séjour au Japon. Son périple l’a amené sur l’Altiplano bolivien où, après avoir passé une journée dans une mine, il en est ressorti bouleversé et s’est promis de faire un jour un travail sur le monde des mineurs boliviens. Finalement, ce n’est que dix ans plus tard qu’il a pu réaliser son projet. De 1984 à 2001, il s’est rendu régulièrement en Bolivie pour explorer une trentaine de centres miniers à travers le pays. L’exposition et le livre qui ont suivi illustrent la terrible saga des mineurs.

Un témoignage de rencontres humaines officiellement reconnu en Bolivie
Afin de restituer aux mineurs ce qu’ils lui avaient apporté, Jean-Claude Wicky fit envoyer en Bolivie 600 exemplaires de l’édition en espagnol. Il partit les offrir aux mineurs retrouvés et aux bibliothèques des écoles des centres miniers, provoquant des réactions extraordinaires de la part de ces gens qui se sentaient reconnus. C’est à ce moment-là que l’idée et le désir de réaliser ce film se sont clairement imposés. Aux toutes dernières nouvelles, le livre fait partie des 200 œuvres sélectionnées officiellement pour représenter l’histoire de la Bolivie.
Un documentaire poignant mettant en lumière un monde condamné à rester dans l’ombre
Mêlant séquences filmées et photos, le film entraîne les spectateurs dans les profondeurs de la terre, là où les mineurs affrontent la roche et s’en remettent au diable en personne, là où les poumons se calcinent, où les voix semblent venir du passé, où il y a plus de mots dans les regards que dans n’importe quelle voix, là où les corps dénudés sont des sculptures taillées par la vie mais où l’on devine déjà les veines de la mort. Le réalisateur apporte un regard plein d’humanité sur un labeur qui en est dénué. Projeté en août 2014, au Festival du film des Diablerets, le documentaire a remporté le Prix du public et le Diable d’Or en catégorie culture du monde, en faisant à trois reprises salle comble.

C’est à une rencontre riche en émotions que nous convient les Paysannes de Puidoux, avec la participation de Jean-Claude Wicky qui animera la seconde partie avec des anecdotes et répondra aux questions qui ne manqueront pas. Une collation gratuite clôturera la soirée.

29 janvier 2015, 20h
Grande salle de Puidoux-Village
Entrée: Fr. 15.– sans inscription
Collation offerte
Plus d’infos:
www.touslesjourslanuit.com