Cherchez la différence…

Ce n’est qu’une idée…  et pourtant !

Pierre Scheidegger, Panathlon-Club Lausanne | En ces temps quelque peu bizarres, il est vrai que nous rencontrons une solitude intellectuelle et sociétale qui pourrait nous étonner en raison d’un égoïsme cultivé par « le toujours » en vouloir plus.

Assez attristant… et pourtant !

S’il est vrai que l’acceptation, en bien des circonstances, pourrait être considérée comme un espace difficile d’accès, il est nullement nécessaire de le cultiver à outrance. Alors, si quelque chose devait nous déranger dans nos petites habitudes d’existence, essayons de devenir cette habitude, car notre vie… c’est nous ! Il est impressionnant de constater cette forme d’égoïsme latent de nos sociétés dès que les rouages de nos désirs sont grippés par une situation telle dont nous sommes obligés de vivre. Chacun y apporte sa « science », presque exclusive à sa personne, tout en oubliant les efforts étonnants des personnes responsables à qui on « interdit » le moindre faux pas.

Assez attristant… et pourtant !

Sans chercher à en faire une allégorie pouvant donner naissance à un sujet dérisoire, il est parfois utile, voire intéressant, de « remettre » si possible… l’église au milieu du village. Vous l’avez certainement lu, car tellement vrai ! « S’il vous plaît… dessine-moi un mouton… »

2019 déjà – 2020 – 2021 !

L’enfant se trouvait… seul, assis sur un bord de trottoir. Son regard perdu cherchant une vérité qu’il ne pouvait comprendre. Passe un couple d’âge certain et s’arrête étonné de l’image qu’offrait cet enfant. Ils se regardent… un certain sourire de tristesse.

La dame : dis petit, tu sais dessiner ?

L’enfant : oui !

La dame : alors prends cette feuille et ce crayon et offre-le moi.

L’enfant s’appliqua et quelques minutes plus tard, une infirmière, en tenue de travail, masquée, gantée, avec de superbes ailes d’ange.

La dame : ah ! Oui ! Tu la connais ?

L’enfant : c’est ma Maman !

La dame : tu fais du sport ?

L’enfant : Oui.

La dame : Dessine-nous un sportif.

L’enfant fronça légèrement, se concentra tout en hésitant, regarda autour de lui, puis fixa le couple intrigué.

Quelques instants plus tard, il offrit son dessin.

La dame : ah !

Un énorme boa ingurgitait un coffre, mal fermé, tellement plein… de billets de banque.Pierre Scheidegger, Panathlon-Club LausannePierre Scheidegger, Panathlon-Club Lausanne

PS : Ne cherchez pas un quelconque plagiat, cela n’en vaut vraiment pas la peine. Ce n’est qu’un essai de réflexion au profit de nos sociétés et du monde sportif, en se voulant nullement… moralisateur ! Il est vrai, néanmoins, que l’acceptation d’une situation, peut être considérée comme un espace difficile d’accès. L’atteindre nous oblige à renoncer momentanément à nos habitudes quasi quotidiennes. Cette situation, qui se voudrait rassurante, nous plonge parfois dans la crédulité et même vers une forme de souffrance, peut-être… méconnue à ce jour. 

« Mon dessin ne representait pas un chapeau… »